MIZANIA

MIZANIA

Forum du Consom'acteurs et du contribuable Franco-marocain
 
AccueilCalendrierFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion
Pour le mois de Janvier 2012 : 33 442 Visites (1079/jour) et 50 994 Pages vues (1645 pages / jour)
Le forum dispose d’un compte sur Facebook : MIZANIA MAROC (79 amis)

Partagez | 
 

 60 000 caméras installées dans les rues de France d'ici à 2011

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Nombre de messages : 6566
Points : 14240
Réputation : 135
Date d'inscription : 06/05/2008

MessageSujet: 60 000 caméras installées dans les rues de France d'ici à 2011   Jeu 12 Nov - 21:31

Le parc actuel est de 20 000 actuellement

28 millions d'euros consacrés au développement des projets.

Présentant, le 2 octobre, le plan national de prévention de la délinquance, le premier ministre, François Fillon, a qualifié la "vidéoprotection" de "priorité absolue" et a annoncé que le dispositif serait étendu à d'autres sites que la voie publique (parties communes des habitations, transports, commerce).

75 nouvelles villes devraient être équipées dans les mois qui viennent. Le partenariat avec le secteur privé va être étendu.

Partisans et opposants s'affrontent aussi sur le terrain de l'efficacité de la vidéosurveillance. Dans un rapport commandé par le ministère de l'intérieur et rendu public en juillet, un inspecteur de l'administration, un responsable de la hiérarchie policière et un colonel de gendarmerie concluaient à une baisse de la délinquance plus forte, en moyenne, dans les communes équipées de vidéoprotection que dans celles qui ne le sont pas. A partir d'un échantillon composé de 53 communes en zone police (2 591 caméras), et 63 brigades de gendarmerie (1 257 caméras), ce rapport niait tout effet "plumeau", soit un effet de déplacement de la délinquance vers des zones non surveillées.

Toutefois, ses auteurs relevaient qu'il fallait une "forte densité" de caméras installées, et une localisation bien pensée, pour que ces dispositifs permettent l'interpellation de délinquants sur la voie publique. "Bien qu'ils apportent une aide indiscutable (…) leur impact sur le taux global d'élucidation reste encore modéré", avançaient-ils prudemment. En dessous d'une caméra pour 2 000 habitants, "les agressions progressent même plus que dans les villes qui n'ont aucun équipement"…

Sous le titre "Un rapport qui ne prouve rien", deux universitaires se sont, eux, appliqués à démontrer l'inefficacité de cet outil. Tanguy Le Goff, chercheur associé au Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales (CESDIP-CNRS), et Eric Heilmann, enseignant à l'université de Dijon, mettent en cause la méthode fondée sur des chiffres de délinquance générale qui recouvrent des délits très divers.

Ils estiment que la contribution de la vidéosurveillance à l'élucidation des faits est "marginale". "Dans l'échantillon retenu de 63 gendarmeries, 770 faits ont été élucidés grâce à la vidéosurveillance en 2008, soit 12 faits par an et par brigade, autrement dit un par mois", soulignent les chercheurs.

Mais tout ceci à un coût très lourd :
- L'investissement dans les caméras
- Les frais d'entretien
- Les frais de télétransmission des images
- Le coût des fonctionnaires délégués à plein-temps pour regarder les écrans

A Paris, le coût du plan de 1 226 caméras pourrait atteindre la somme globale de près de 300 millions d'euros sur une quinzaine d'années, générant sur ce seul aspect économique, de vives réserves d'élus.

C'est, en tous les cas, un marché juteux pour les sociétés privées, sélectionnées sur appel d'offres, à qui sont confiées le parc des caméras.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mizania.com
Admin
Admin


Nombre de messages : 6566
Points : 14240
Réputation : 135
Date d'inscription : 06/05/2008

MessageSujet: Re: 60 000 caméras installées dans les rues de France d'ici à 2011   Mar 24 Nov - 16:26

La preuve par l'image. La police s'équipe de plus en plus de moyens audiovisuels, fixes ou "embarqués", dans un triple but :
Identifier des délinquants,
Dissuader,
Prévenir en cas de litige.

Aux 60 000 caméras de vidéosurveillance que le ministère de l'intérieur promet d'installer sur la voie publique d'ici à 2011, il faut ainsi ajouter de nombreuses autres applications.

- Les "caméras-piétons" en cours d'expérimentation dans les compagnies de sécurisation et d'intervention en banlieue parisienne, en Seine-Saint-Denis, dans l'Essonne et les Yvelines. Ces mini-caméras peuvent être portées sur les lunettes de protection, sur le casque ou agrafées sur la poitrine des policiers. 10 à 15 matériels différents, qui enregistrent aussi bien l'image que le son, de jour comme de nuit, sont ainsi testés avant une généralisation prévue en 2010 et 2011.

Les policiers sont de plus en plus confrontés à des vidéos amateurs, lors d'interpellations musclées sui circulent sur l'Internet. On y voit des policiers interpeller un individu "à six contre un", se mêler à des manifestations cagoulés comme les casseurs, ou frapper à terre une jeune femme... A chaque fois, les taux de visionnage battent des records.

En utilisant ses propres images, la police espère combattre ce phénomène et renverser la charge en montrant qu'elle est elle-même cible d'agressions physiques et verbales. Mais le coût est prohibitif : 1 000 euros l'unité et, jusqu'ici, les expériences sont mitigées. Les enregistrements sont plutôt de piètre qualité et un responsable de la police s'agace de voir ces systèmes tomber "très souvent en panne". Pas question, cependant, d'y renoncer : les policiers, censés prévenir qu'ils sont en train de filmer, ont constaté l'effet dissuasif de ces caméras.

En France, pour les mêmes raisons, les pistolets à impulsion électrique Taser sont déjà munis d'une minuscule caméra qui se déclenche dès que l'arme est utilisée.

- 700 caméras embarquées ont été également installées sur des véhicules de police un peu partout sur le territoire. Leur disque dur leur permet d'enregistrer plusieurs heures de suite. Un boîtier supplémentaire a été implanté au niveau des gyrophares des voitures de patrouille, ou banalisées, pour une lecture automatisée des plaques d'immatriculation (LAPI) : 11 systèmes différents ont été testés et il ne fait guère de doute que LAPI va être généralisé. Il permet de rapprocher les numéros de plaque avec le fichier des véhicules volés et le système d'information Schengen, mais aussi de prendre en photo les occupants de la voiture.

Tout comme pour le renforcement de la vidéosurveillance, c'est la loi du 23 janvier 2006, relative à la lutte contre le terrorisme, qui a autorisé son utilisation. LAPI a permis de retrouver 400 voitures volées. Dans un avis rendu en juillet, la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) avait émis des réserves, notamment sur le délai de conservation des données (8 jours minimum) et souhaité un renforcement des contrôles. Dans le cas des caméras-piétons, la CNIL n'a pas été saisie.

- Parmi les nouveautés présentées lors du Salon, figurait par exemple un système de détection et de reconnaissance de visage d'une société taïwanaise, fondé sur des caractéristiques biométriques. Ce système parcourt des images captées par la vidéosurveillance et les comparent avec une base de données. Lorsqu'un individu est reconnu, une alerte est immédiatement émise.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mizania.com
 
60 000 caméras installées dans les rues de France d'ici à 2011
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» satatu particulier
» caméra dans l'entreprise
» Cherche stage en entreprise dans le cadre d'une reconversion
» PARKER fait la Chasse à l'eau dans le kérosène !
» les collectivités locales dans la tourmente des préts à tx variable et autres gadgets pourris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MIZANIA :: France :: Forum France :: Administation et services de l'état.fr-
Sauter vers: