MIZANIA

MIZANIA

Forum du Consom'acteurs et du contribuable Franco-marocain
 
AccueilCalendrierFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion
Pour le mois de Janvier 2012 : 33 442 Visites (1079/jour) et 50 994 Pages vues (1645 pages / jour)
Le forum dispose d’un compte sur Facebook : MIZANIA MAROC (79 amis)

Partagez | 
 

 Alimentation vs Cancer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Nombre de messages : 6566
Points : 14240
Réputation : 135
Date d'inscription : 06/05/2008

MessageSujet: Alimentation vs Cancer   Mar 17 Fév - 22:41

Dis-moi ce que tu manges et je te dirai... si tu risques davantage d'avoir un cancer. Dans une brochure destinée aux professionnels de santé, et mise en ligne le 17 février, l'Institut national du cancer (INCa) et la direction générale de la santé dressent l'état des connaissances sur les liens entre nutrition et cancer, et listent les facteurs de risque et de protection. "Avec les mesures de prévention que nous présentons, nous pouvons sauver des milliers de vie chaque année", affirme le professeur Dominique Maraninchi, président de l'INCa.

Les cancers sont devenus la cause la plus fréquente de décès en France : en 2005, 146 000 personnes sont mortes du fait d'un cancer et 320 000 nouveaux cas ont été identifiés.

1- Vive les fruits, les légumes et l'allaitement. La consommation quotidienne d'au moins 5 fruits et légumes variés (au minimum 400 g/jour, sans privilégier un aliment plutôt qu'un autre) et d'aliments riches en fibres diminuent le risque de cancer. Pour éliminer les résidus de pesticides, il faut laver et, éventuellement, peler les fruits et légumes. Pour prévenir le cancer, l'allaitement maternel (si possible exclusif jusqu'à 6 mois) bénéficient à la mère et à l'enfant.

2- Zéro alcool : il est impossible de définir un niveau de consommation d'alcool qui n'ait pas d'effet sur la santé . "La consommation d'alcool est déconseillée, quel que soit le type de boisson alcoolisée (vin, bière, spiritueux, etc.)." Il n'est plus question de tolérer deux verres par jour pour les femmes et trois pour les hommes.

3- Pas de kilos superflus. L'objectif est de maintenir un poids normal (indice de masse corporelle - IMC - compris entre 18,5 et 25 kg/m2). Afin de prévenir le surpoids et l'obésité, l'INCa nous recommande de pratiquer, au moins 5 jours par semaine, au moins 30 minutes d'activité physique d'intensité modérée (marche rapide) ou 3 jours par semaine d'activité d'intensité élevée (jogging), en limitant la sédentarité (ordinateur, télévision, etc.). Une augmentation de l'IMC de 5 points correspond à une hausse du risque de cancer allant de 8 % (sein) à 55 % (oesophage).

4- Limiter les viandes rouges et les charcuteries. "La consommation de viandes rouges et de charcuteries est associée à une augmentation du risque de cancer colorectal", indique l'INCa. "Le risque de cancer colorectal est augmenté de 29 % par portion de 100 g de viandes rouges consommée par jour et de 21 % par portion de 50 g de charcuteries quotidienne."

Il convient donc de limiter à moins de 500 grammes par semaine la consommation de viandes rouges et de compléter l'apport de protéines en alternant viandes blanches, poissons, oeufs et légumineuses. De plus, mieux vaut limiter la consommation de charcuteries, en particulier celles très grasses ou très salées.

Ci dessous la classification :
- viandes rouges : bœuf, cheval, canard (magret)
- viandes blanches : volailles, lapin, veau, mouton
- viandes noires : gibier

5- Attention au sel. "La consommation de sel et d'aliments salés augmente le risque de cancer de l'estomac", prévient l'INCa. En France la moyenne des apports journaliers en sel est estimée à 8,5 g/jour, sachant que deux tiers des hommes et un quart des femmes ont des apports dépassant 8 g/j. L'Organisation mondiale de la santé recommande de limiter à un maximum de 5 g/jour les apports quotidiens de sel.

6- Haro sur les compléments alimentaires à base de bêta-carotène. Présent dans de nombreux fruits et légumes (carottes, choux verts, épinards, abricots...), le bêta-carotène a des propriétés antioxydantes. Bien que les besoins nutritionnels soient facilement couverts par une alimentation "variée et équilibrée", de nombreux compléments alimentaires sont actuellement proposés. "A fortes doses (20 à 30 mg/jour), l'utilisation (de ces compléments) n'a pas d'effet protecteur sur le risque de divers cancers." A l'inverse, leur consommation à de telles doses par des personnes exposées à des cancérogènes comme le tabac "augmente significativement le risque de cancer du poumon".


Dernière édition par Admin le Jeu 16 Mai - 23:03, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mizania.com
Admin
Admin


Nombre de messages : 6566
Points : 14240
Réputation : 135
Date d'inscription : 06/05/2008

MessageSujet: Re: Alimentation vs Cancer   Mer 18 Mar - 16:12

Pour ceux qui ne connaissent pas l'indice de masse corporelle (IMC)

En voici une définition :

- L'indice de masse corporelle. Inventé par le scientifique belge Lambert Adolphe Jacques Quételet (1796-1874), l'indice de masse corporelle (IMC) se calcule en fonction du poids et de la taille. Il est exprimé en kilogramme par mètre carré et correspond au poids divisé par le carré de la taille. Un IMC élevé est un important facteur de risque de maladies chroniques comme les maladies cardio-vasculaires, le diabète, l'arthrose et certains cancers.

- Le surpoids correspond à un IMC égal ou supérieur à 25 et inférieur à 30. D'après les estimations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) 1,2 milliard de personnes âgés de 15 ans et plus présentaient un surpoids en 2005 dans le monde. Ce chiffre devrait être de 1,6 milliard en 2015.

- L'obésité. Elle correspond à un IMC égal ou supérieur à 30. L'OMS estime que 400 millions de personnes souffraient d'obésité en 2005 dans le monde. Elles devraient être 700 millions en 2015, selon les estimations de l'OMS.

Il est confirmé qu'une augmentation de l'IMC correspond à une réduction statistiquement significative de l'espérance de vie.

Plus précisément, une réduction de l'espérance de vie moyenne commence à être observée chez les personnes ayant un IMC qui dépasse une fourchette comprise entre 22,5 et 25 kg/m2. Dans les cas d'obésité modérée (soit un IMC compris entre 30 et 35 kg/m2), le risque correspond à un tiers de la mortalité prématurée due à une consommation régulière de tabac. Quant aux personnes souffrant d'obésités qualifiées de sévères (entre 40 et 50 kg/m2), elles sont exposées aux mêmes riques de mortalité prématurées que des fumeurs chroniques.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mizania.com
Admin
Admin


Nombre de messages : 6566
Points : 14240
Réputation : 135
Date d'inscription : 06/05/2008

MessageSujet: Re: Alimentation vs Cancer   Mar 24 Mar - 18:04

Risque de mortalité accrue chez les amateurs de viande rouge

Consommer de la viande rouge ou transformée semble accroître le risque de mortalité toutes causes confondues, selon une étude menée aux Etats-Unis dont les résultats sont publiés lundi. A l'inverse, la consommation de viande blanche semble réduire ce risque.

Parmi plus d'un demi-million de personnes étudiées pendant 10 ans, le cinquième des hommes et femmes ayant mangé le plus de viande rouge (une quantité moyenne de 62,5 grammes par mille calories absorbées quotidiennement) avaient un risque plus élevé de mortalité comparativement à ceux qui en avaient le moins consommé (9,8 grammes pour mille calories/jour), selon ces travaux parus dans les Archives of Internal Medicine datées du 23 mars. Les chercheurs ont constaté les mêmes résultats entre ceux ayant mangé le plus de viande industrielle ou transformée (22,6 grammes pour mille calories/jour) et ceux qui en ont le moins absorbé (1,6 gramme/mille calories), précisent-ils.

Les chercheurs ont conclu que 11% des décès chez les hommes et 16% chez les femmes auraient pu être évités par une réduction de la consommation de viande rouge et transformée pour la limiter à la quantité consommée par les 20% dans l'étude qui en ont le moins mangé. En revanche, une comparaison entre le cinquième des participants qui ont mangé le plus de viande blanche et les 20% en ayant consommé le moins montre que le premier groupe présentait un risque de décès toutes causes confondues légèrement moindre.

Alors on arrête la viande


lol!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mizania.com
Admin
Admin


Nombre de messages : 6566
Points : 14240
Réputation : 135
Date d'inscription : 06/05/2008

MessageSujet: Re: Alimentation vs Cancer   Mar 21 Juil - 0:56

Encore plus de conseils (désolé pour les doublons):


Les cancers sont des maladies multifactorielles dans lesquelles interviennent des facteurs génétiques, hormonaux, biologiques, environnementaux, et dans ceux-ci, l'alimentation est un facteur. En revanche, c'est un facteur sur lequel il est possible d'agir. On n'est pas capable de modifier les facteurs génétiques – on ne peut pas choisir son grand-père ou sa grand-mère –, mais on peut réguler le contenu de son assiette et ainsi avoir la possibilité non pas d'éviter le cancer, mais de diminuer son risque.

- La diversité, la variété sont des facteurs plutôt de bonne santé. Les insuffisances (fruits) ou les excès (alcool) de certains groupes d'aliments peuvent en effet augmenter le risque de certains cancers.

- Pour le poisson, il n'y a aucune restriction dans la consommation. On recommande plutôt pour le côté cardiovasculaire un apport d'au moins deux fois par semaine de poisson, notamment pour protéger des accidents vasculaires cérébraux. Donc pas de restriction pour le poisson, comme pour la volaille d'ailleurs.


-Il existe plus de 300 études dans le monde qui ont démontré que les grands consommateurs de fruits et légumes, quelle que soit leur forme, sont associés à un moindre risque de cancer. Aucune étude n'a jamais retrouvé, même dans des pays où les contrôles de pesticides ne sont peut-être pas aussi rigoureux qu'en France, une augmentation des risques.

Les seules études ayant trouvé une relation entre pesticides et risque de cancer sont des études faites chez les agriculteurs qui manipulent, et en grande partie inhalent, ces produits qui, en effet, dans ces conditions, peuvent être cancérigènes. Donc le danger aujourd'hui serait plus grand de ne pas consommer de fruits et légumes par crainte des pesticides que d'en consommer.


-Une consommation excessive de produits laitiers – plus de 4 produits laitiers par jour – augmente le risque de cancer de la prostate. Par contre, une consommation de produits laitiers a été également trouvée associée à un effet protecteur sur le cancer du côlon, et chez les femmes avant la ménopause, sur le cancer du sein.
Il faut donc trouver un bon équilibre avec une consommation de produits laitiers suffisante, notamment pour protéger ses os, mais par contre, une consommation qui ne soit pas trop importante. C'est pour cela que les recommandations proposent 3 produits laitiers par jour, ni moins, ni plus.

Des hypothèses assez fortes poussent à penser que les antioxydants contenus dans les aliments, notamment dans les fruits et les légumes, pourraient être un facteur expliquant la protection retrouvée de ces aliments contre les cancers.

En revanche, si on peut recommander la consommation d'aliments riches en antioxydants, il n'est absolument pas recommandé de prendre des suppléments à base d'antioxydants, dont la prise au long cours, notamment à fortes doses, peut être associée à une augmentation du risque de cancer, notamment chez les fumeurs ou les sujets exposés déjà à des risques.

- Il est souvent utile, notamment chez le jeune enfant et l'adolescent, de trouver certains nutriments plus aisément apportés par ces produits animaux.
Si les végétariens arrivent assez aisément à couvrir l'ensemble de leurs besoins nutritionnels par une alimentation qu'ils sont capables de raisonner sur le plan de l'équilibre, il n'en est pas de même pour les végétaliens, pour lesquels l'exclusion de tout produit animal peut poser des problèmes pour la couverture des besoins des organismes en croissance, notamment enfants et adolescents. Là encore, il n'y a aucun argument pour exclure les produits animaux, même si l'on recommande une consommation plus importante de produits végétaux.


- il n'a pas été démontré dans un rapport récent de lien possible, probable ou convaincant, entre café et cancer.

-Pour le thé Il existe des hypothèses, car le thé contient certains polyphénols antioxydants. Il y a un rôle possible favorable, mais il manque encore un certain nombre de travaux scientifiques pour confirmer la nature du lien possible entre thé et cancer.
-Trop de sel augmente le risque d'hypertension artérielle. Mais également sel et produits salés sont associés, en effet, à un risque plus grand de cancer de l'estomac. Donc d'une façon générale, pour la santé, il vaut mieux limiter leur consommation.
-L’allaitement semble utile, pour le bébé, pour son développement et sa santé future. Mais on sait aujourd'hui que l'allaitement protège également la femme en ce qui concerne le cancer du sein. Il y a donc un double bénéfice, pour le bébé et pour la mère, si l'on a la possibilité d'allaiter, pendant une période suffisamment longue.


-Etre très maigre n'est pas un avantage. Etre à un poids considéré comme normal est associé à une réduction du risque. Et le plus important, c'est de ne pas prendre de poids, quel que soit son niveau initial. Donc c'est surtout la prévention du surpoids et de l'obésité qui est associée à un moindre risque de cancer.

- Si l'on mange des fruits et légumes, on va apporter un certain nombre de substances intéressantes dans la protection solaire, notamment des caroténoïdes. En revanche, la prise de suppléments en bêtacarotène qui est parfois prise pour se protéger du soleil ou bronzer plus facilement n'est pas du tout recommandée, car au long cours, cette prise de suppléments peut favoriser les cancers de la peau. Donc des fruits et légumes pour se protéger, mais pas de suppléments de bêtacarotène.

Aucun complément alimentaire (oligo-éléments) ne peut aider à renforcer les défenses immunitaires. Il n'y a aucune justification à prendre des compléments ou des suppléments en dehors d'indications médicales très précises. Il faut chercher par contre, au travers d'une alimentation équilibrée, les moyens de disposer d'apports en nutriments qui soient les plus adéquats pour favoriser une santé de bonne qualité. En suivant les recommandations dont nous avons parlé précédemment, on se trouve dans les meilleures conditions pour ne pas avoir besoin de compléments ou de suppléments dont certains peuvent avoir des effets délétères à long terme.


- Le fait d'acquérir une hygiène de vie et une alimentation favorables, à n'importe quel âge, est un bénéfice. Il n'est donc jamais trop tard pour bien faire.
A l'inverse, continuer une alimentation ou un mode de vie peu favorables est le meilleur moyen d'augmenter son risque de maladie.

-Il y a toujours à l'intérieur des fruits et légumes des quantités de vitamines ou de minéraux qui sont utiles. Certes, le stockage au long cours, l'exposition à la lumière ou à la chaleur, réduisent la teneur en certaines vitamines des fruits et légumes. Mais ce n'est pas une raison suffisante pour penser que leur consommation n'est pas adéquate par rapport à la couverture des besoins. Quels que soient les fruits et légumes consommés, bio ou non, si l'on en consomme suffisamment, on arrive à couvrir les besoins vitaminiques et minéraux.

-L'avantage des légumes ou des fruits. On peut les manger sous la forme qui nous fait plaisir. Pour que ce soit favorable par rapport au cancer, le plus important, c'est d'en manger. Crus ou cuits, natures ou préparés, frais, en conserve ou surgelés, l'important, c'est d'en manger au moins 5 par jour, c'est-à-dire au moins 400 g dans la journée.

-Plus les prises alimentaires sont déstructurées, plus il est difficile d'avoir un bon équilibre nutritionnel. Mais même si l'on a peu de temps le midi, même si l'on ne peut que consommer un sandwich, on peut tout de même, à condition d'intégrer des crudités à l'intérieur, de ne pas y mettre trop de mayonnaise, de le compléter avec un fruit par exemple, avoir un équilibre satisfaisant.
Il vaut mieux ne pas sauter de repas et chercher même en peu de temps à avoir une consommation de produits alimentaires favorables, et de toute façon, l'équilibre alimentaire se fait sur l'ensemble de la journée, voire sur plusieurs journées. Donc il ne faut pas être obsédé sur chaque prise alimentaire. On peut compenser le soir ou le matin les difficultés d'organisation des prises alimentaires qu'on peut rencontrer dans son travail.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mizania.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Alimentation vs Cancer   Aujourd'hui à 1:15

Revenir en haut Aller en bas
 
Alimentation vs Cancer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» prise 220 V
» Idée fournisseur produits bio pour enfants

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MIZANIA :: Maroc :: Forum Maroc :: Santé.ma-
Sauter vers: