MIZANIA

MIZANIA

Forum du Consom'acteurs et du contribuable Franco-marocain
 
AccueilCalendrierFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion
Pour le mois de Janvier 2012 : 33 442 Visites (1079/jour) et 50 994 Pages vues (1645 pages / jour)
Le forum dispose d’un compte sur Facebook : MIZANIA MAROC (79 amis)

Partagez | 
 

 Ikea accusé d'espionner salariés et clients

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 6566
Points : 14240
Réputation : 135
Date d'inscription : 06/05/2008

MessageSujet: Ikea accusé d'espionner salariés et clients   Mer 29 Fév - 19:11

Ikea, est accusé d'espionner ses employés, voire ses clients, rapporte Le Canard enchaîné, mercredi 29 février.

L'hebdomadaire satirique explique que, depuis 2003, la filiale française d'Ikea est liée par un accord avec la société de sécurité Sûreté international.

Le directeur du risque d'Ikea aurait conclu un accord avec le responsable de Sûreté international aux termes duquel, le géant de l'ameublement aurait pu obtenir des renseignements en consultant le fichier du STIC (système de traitement des infractions constatées) ou celui des cartes grises, moyennant 80 euros.

Le Canard enchaîné évoque une centaine de mails échangés entre les deux hommes. Parfois il s'agit d'obtenir le profil d'une salariée.

L'hebdomadaire note aussi une demande concernant "une fournée" de 200 personnes.

Enfin, il relève les cas d'une cliente dont le nom, l'adresse et les coordonnées téléphoniques sont fournies au géant de l'ameublement à la suite d'un litige, ou encore d'un automobiliste qui se serait garé trop près d'un entrepôt à Fos-Sur-Mer.

Une plainte doit être déposée aujourd'hui par deux avocats saisis par les salariés syndiqués du groupe.

Le groupe Ikea France a assuré qu'il "souhaite faire toute la lumière" sur ces pratiques de "flicage" de son personnel et de clients qu'il "désapprouve", et va "entreprendre des vérifications", selon son directeur de la communication.

S'il est avéré, ce flicage serait-il une pratique relativement généralisée dans les entreprises ? C'est en tout cas ce que suggère Philippe Pichon, un ex-commandant de police révoqué pour avoir dénoncé les dérives des fichiers STIC, sur France Info : "Je trouve un peu dommage qu'on stigmatise le groupe car je peux vous dire que d'autres groupes, français ou étrangers, puisent abondamment leurs informations dans le fichier STIC. (...) La plupart du temps, pour les grosses entreprises, ça servait surtout les DRH pour voir quelle était la fiabilité – mais on va vraiment mettre fiabilité entre guillemets – des employés."

Revenir en haut Aller en bas
http://www.mizania.com
simo



Nombre de messages : 274
Points : 299
Réputation : 9
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: Ikea accusé d'espionner salariés et clients   Ven 9 Mar - 10:56

Dommage pour cette belle entreprise..;;
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 6566
Points : 14240
Réputation : 135
Date d'inscription : 06/05/2008

MessageSujet: Re: Ikea accusé d'espionner salariés et clients   Jeu 5 Avr - 11:32

Un magasin Ikea de la banlieue parisienne "arrosait" de "bons cadeaux" des policiers locaux, auprès desquels un de ses responsables, ancien gendarme, récupérait des informations sur des employés, a affirmé mercredi 4 avril Mediapart (sur abonnement).

Le site d'information n'établit pas de lien explicite d'échange mais ces révélations interviennent alors que la filiale française du géant suédois de l'ameublement est dans le collimateur de la justice pour des faits présumés d'espionnage de salariés et de clients.

Une enquête préliminaire est en cours depuis un mois au parquet de Versailles pour "utilisation frauduleuse de données personnelles" et ces soupçons de surveillance illégale ont amené Ikea France à mettre sur la touche début mars plusieurs responsables, dont son ancien patron Jean-Louis Baillot. Interrogée par l'AFP, l'entreprise s'est refusée à tout commentaire sur les informations de Mediapart.

"BONS CADEAUX"

Le magasin Ikea de Gonesse (Val-d'Oise) s'est assuré "les bonnes grâces de policiers locaux à coups de 'bons cadeaux'", affirme le site d'information, évoquant notamment une dizaine de bons d'achat d'un montant de 100 euros, chacun remis en octobre 2002.

Interrogé par Mediapart, l'ancien directeur du magasin, Paul Magnan, aujourd'hui à la tête du magasin de Strasbourg, n'a pas contesté ces pratiques. "On s'efforce d'avoir de bonnes relations avec les partenaires locaux, en remettant des bons d'achat à des clubs de foot, à des associations, etc.", s'est-il justifié auprès de Mediapart.

"INFORMATIONS CONFIDENTIELLES"

Sous couvert d'anonymat, un autre ancien directeur a évoqué des pratiques remontant aux années 90, avec des dons "fréquents, mais pour de petits montants". "Par la suite, ça s'est institutionnalisé", a-t-il confié à Mediapart. "Sinon, comment voulez-vous que la police passe quand on en a besoin, ou qu'elle nous confie les antécédents d'un syndicaliste ?", a-t-il ajouté pour les justifier.

Le site d'information publie des fac-similés de courriels internes d'Ikea montrant que l'un des responsables du magasin "a eu un accès direct à des informations confidentielles couvertes par le secret de l'enquête".

"UN EX DE LA MAISON D'EN FACE"

Un ancien gendarme, Laurent Leroy, recruté au début des années 2000 pour lutter contre des fraudes au sein de ce magasin, rapportait à sa hiérarchie l'évolution des enquêtes menées par la police sur ces employés, explique Mediapart.

Dans l'un de ses courriels, Laurent Leroy indique qu'il a pu avoir accès aux comptes bancaires d'une employée soupçonnée de vol grâce à un officier de police et avoir été mis au courant de son interpellation imminente. Il souligne avoir pu le faire car il était "un [ex] de la maison d'en face [la gendarmerie], parce que dans le cadre d'une telle enquête, ce n'est pas vraiment autorisé".

Mediapart rapporte également que Laurent Leroy a relayé auprès des responsables d'Ikea, Jean-Louis Baillot et l'actuel directeur de la communication, Pierre Deyries, des informations sur un employé récupérées auprès de la société Sûreté International, déjà citée dans l'affaire des surveillances. Jean-Louis Baillot a été mis en disponibilité par la chaîne de magasins en raison des soupçons de surveillance illégale de salariés et de clients d'Ikea France.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mizania.com
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 6566
Points : 14240
Réputation : 135
Date d'inscription : 06/05/2008

MessageSujet: Re: Ikea accusé d'espionner salariés et clients   Ven 6 Avr - 12:10

Après des révélations de presse sur la surveillance de clients et collaborateurs, Ikea France fait son mea culpa et annonce une réforme de sa gouvernance, afin de restaurer la confiance entachée par cette affaire.

"Nous avons fait le constat qu'il y a eu des pratiques chez Ikea France qui ne sont pas à la hauteur ni de nos valeurs ni de nos standards éthiques", déclare le directeur général d'Ikea France, Stefan Vanoverbeke, dans un entretien à l'AFP. Il s'agit de "pratiques dans le champ de la recherche de renseignements sur la vie privée", précise-t-il.

Elles ont été mises en évidence par une enquête interne lancée par la filiale française du géant suédois de l'ameublement, après des révélations du Canard enchaîné à la fin de février sur des pratiques de "flicage" de son personnel et de clients.

"Ces pratiques sont intolérables, inacceptables et je les regrette sincèrement", insiste le directeur général sans plus de détails en raison des investigations judiciaires en cours sur ces faits. "Ma priorité, ce sont les collaborateurs" de l'entreprise, ajoute-t-il en indiquant vouloir "restaurer" leur confiance, celle des clients et des responsables syndicaux.

Ikea France est sous le coup d'une enquête préliminaire du parquet de Versailles pour "utilisation frauduleuse de données personnelles", confiée à la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ). Elle a été ouverte après une plainte contre X déposée par le syndicat Force ouvrière (FO). Dans le cadre de cette enquête, le siège d'Ikea France à Plaisir (Yvelines) a été perquisitionné à la mi-mars, de même que le domicile du responsable du département Gestion du risque du groupe, mis en cause dans cette affaire.

Le groupe a, de son côté, décidé de mettre en disponibilité ce dernier ainsi que deux autres cadres mis en cause, parmi lesquelles figurent Jean-Louis Baillot, directeur général d'Ikea France de 1996 à fin 2009. A ce titre, Stefan Vanoverbeke a annoncé qu'une "décision" sera prise concernant les personnes impliquées ou mises en disponibilité. Il n'évoque pas les nouveaux éléments rapportés par Mediapart mercredi, selon lequel un magasin Ikea de la banlieue parisienne "arrosait" de "bons cadeaux" des policiers locaux, auprès desquels un de ses responsables récupérait des informations sur des employés.

Stefan Vanoverbeke a en revanche annoncé le lancement d'un vaste chantier réformant le mode de gouvernance d'Ikea France destiné à améliorer une image écornée par cette affaire. Ce plan se décline en 4 points sur lesquels un groupe de travail doit se pencher au cours des 3 mois à venir, comprenant notamment :
- la "mise en œuvre d'une charte éthique" destinée à "clarifier le comportement attendu" des collaborateurs d'Ikea,
- une "révision du modèle de gouvernance pour plus de clarté"
- des procédures de recrutement qui devront être "en accord avec les valeurs d'Ikea" et "transparents vis-à-vis des candidats".

La maison mère d'Ikea, qui a lancé un travail sur le renouvellement de sa charte, a accepté de faire de la France un pays pilote pour cette charte, a souligné Stefan Vanoverbeke.

Selon lui, ces mesures s'imposent d'autant plus que le groupe a plus que doublé en taille depuis 2005 en France, passant de 14 à 29 magasins et de 5 000 à 10 000 collaborateurs, sans vraiment changer son mode de fonctionnement.

Ikea France tient vendredi un comité central d'entreprise, à l'occasion duquel sera abordée avec les organisations syndicales la mise en application de ce plan dans le but de les y associer, a indiqué le directeur général.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mizania.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ikea accusé d'espionner salariés et clients   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ikea accusé d'espionner salariés et clients
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» télésecrétariat Salarié Ou s'adresser? Eviter les arnaques.
» Liste de clients
» Comment récupérer les dossiers clients... dans outlook?
» Auto-entrepreneur salarié
» relevé clients

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MIZANIA :: France :: Forum France :: Economie et entreprises.fr-
Sauter vers: