MIZANIA

MIZANIA

Forum du Consom'acteurs et du contribuable Franco-marocain
 
AccueilCalendrierFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion
Pour le mois de Janvier 2012 : 33 442 Visites (1079/jour) et 50 994 Pages vues (1645 pages / jour)
Le forum dispose d’un compte sur Facebook : MIZANIA MAROC (79 amis)
Derniers sujets
Sujets similaires
    Décembre 2018
    LunMarMerJeuVenSamDim
         12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31      
    CalendrierCalendrier

    Partagez | 
     

     Piscines et Hygiène

    Aller en bas 
    AuteurMessage
    Admin
    Admin
    avatar

    Nombre de messages : 6565
    Points : 14237
    Réputation : 135
    Date d'inscription : 06/05/2008

    MessageSujet: Piscines et Hygiène    Mer 10 Juil - 15:54

    D’après l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail, un individu seul nageant pendant une heure dans le grand bain constitue déjà une mini-marée noire.
     
    Il apporte, en vrac, les vapeurs de son déodorant, une poignée de cheveux qui dépassent, des poils plus ou moins drus, les reliefs de ses peaux mortes, un peu de morve de son nez, les restes de pipi et de caca contenus dans son slip.
     
    Un nageur séjournant 2 heures dans une piscine excrète entre 20 et 80 millilitres d’urine et produit entre 10 centilitres et 1 litre de sueur.
     
    Pour un chimiste, cela  constitue un cocktail de carbone, d’azote et d’urée. Rien de très grave, tout se dégrade. Mais il faudra tout de même 7 grammes de chlore (dose moyenne versée par nageur) pour l’attaquer frontalement.
     
    Chloramines toxiques
     
    Au passage, n’oublions pas que la chimie aura eu raison de quelques saloperies transmissibles, partagées entre les couloirs. C’est sa première raison d’être. «Mais le chlore ne fait pas la différence entre les 99,9 % de matière organique normale et le 0,01% de matière organique dangereuse, les virus et les bactéries», explique Claude Danglot, médecin biologiste et ingénieur hydrologue.
     
    Les molécules de chlore vont d’abord se combiner avec la matière organique apportée par les baigneurs et tenter de l’oxyder pour l’éliminer. Cette réaction forme de nouvelles molécules appelées «chloramines». Alors que le chlore est inodore, les chloramines, toxiques, puent. Ce sont les responsables de la mauvaise odeur qui vous saisit quand vous entrez dans le hall. Tant que cette odeur persiste, c’est que la réaction chimique n’est pas achevée. Il reste encore de la matière à éliminer.
     
    «C’est un signe que la piscine n’a pas été désinfectée correctement. Il s’agit d’un déficit de chlore et non d’un excès, comme tout le monde l’imagine!», précise Claude Danglot, qui rappelle qu’un quart des agents de piscines municipales souffrent d’insuffisances respiratoires dues aux chloramines, qui peuvent également provoquer irritations oculaires et nasales.
     
    Gardien du savonnage
     
    L’obstacle principal à la bonne santé des bronches du maître nageur, c’est l’hygiène des  Français : «Les baigneurs pensent qu’ils vont à la piscine pour se laver: c’est ancré dans nos représentations sociales et c’est une catastrophe», déplore Bernard Boullé-Giammatteï, qui rêve des pays nordiques où un agent est posté à la sortie des douches pour contrôler que le savonnage est réglo.
     
    Un point de vue partagé par le docteur Danglot. «La piscine, c’est soit le totalitarisme, soit le bouillon de culture: d’une manière ou d’une autre, il faut gérer chimiquement la promiscuité des gens», explique-t-il, en rappelant le risque pris à s’en passer. Un milliard de virus cohabitent en effet dans un gramme de selle de votre voisin de cabine souffrant d’un début de gastroentérite.

    Le cercle est vicieux: plus les gens sont sales, plus il faut de chlore pour être certain que les agents pathogènes y passeront également, corps et biens.

    L’absence de rigueur corporelle n’a pas que des conséquences chimiques. Pour diluer cette soupe, il faut en effet ouvrir l’eau du robinet et faire couler entre 80 et 180 litres d’eau neuve par baigneur. Vidanges, apports d’eau neuve et nettoyage des filtres: à la fin de l’année, près de 80% de la consommation d’eau d’une piscine type est liée à l’hygiène. Sans compter que cette eau, chauffée et traitée, coûte cher : 11 euros par mètre cube, soit presque trois fois le coût de l’eau de ville. La différence entre une piscine où les baigneurs sont propres et le traitement, adapté, et une piscine mal géré peut atteindre près de 10.000 mètres cubes d’eau, soit 30 000 euros d’économie globale.
     
     
    Source (qui est sur un ton plus humoristique ) :  http://www.slate.fr/story/75079/piscine-microbes
     
    Revenir en haut Aller en bas
    http://www.mizania.com
     
    Piscines et Hygiène
    Revenir en haut 
    Page 1 sur 1
     Sujets similaires
    -
    » hygiène douteuse

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    MIZANIA :: France :: Forum France :: Santé.fr-
    Sauter vers: