MIZANIA
MIZANIA
MIZANIA
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

MIZANIA

Forum du Consom'acteurs et du contribuable Franco-marocain
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Pour le mois de Janvier 2012 : 33 442 Visites (1079/jour) et 50 994 Pages vues (1645 pages / jour)
Le forum dispose d’un compte sur Facebook : MIZANIA MAROC (79 amis)
Derniers sujets
Sujets similaires
Juin 2022
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   
CalendrierCalendrier
-47%
Le deal à ne pas rater :
FEBER Happy House – Maison de jeux pour enfants de 2 à 6 ans
47.93 € 89.99 €
Voir le deal

 

 Construction de mosquées en France

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin


Nombre de messages : 6565
Points : 14237
Réputation : 135
Date d'inscription : 06/05/2008

Construction de mosquées en France Empty
MessageSujet: Construction de mosquées en France   Construction de mosquées en France Icon_minitimeMer 2 Déc - 0:46

Pour rester dans l'actualité :

La construction d'une mosquée avec ou sans minaret est généralement le fruit d'un consensus entre les pouvoirs publics et les porteurs de projet.

Deux exemples :
- Pour la future grande mosquée de Marseille, le plan d'aménagement de la zone où est prévu l'édifice a été modifié pour que puisse être érigé le minaret de 25 mètres dessiné par l'architecte.

- A Strasbourg, après le refus de l'ancienne maire UMP Fabienne Keller, de permettre l'érection d'un minaret, cette partie avait disparu de la construction. Mais le maire actuel, le socialiste Roland Ries, ne s'y oppose plus. Reste aux musulmans de Strasbourg à trouver le financement nécessaire à leur projet initial.

Car les principales difficultés auxquelles se heurte la construction en cours des quelque 200 lieux de culte musulman sont bien d'ordre financier. De quelques millions d'euros pour les mosquées pavillonnaires à plus de 20 millions d'euros pour la grande mosquée de Marseille, les financements doivent provenir de fonds privés. Les mosquées-cathédrales bénéficient généralement de fonds venant de pays étrangers. Les constructions les plus modestes s'appuient en premier lieu sur la participation des fidèles, ce qui ralentit nombre de projets.

Favorable à un rattrapage pour la pratique du culte musulman lorsqu'il était ministre de l'intérieur, en 2005, Nicolas Sarkozy avait un temps envisagé de modifier la loi de 1905, qui prohibe tout financement public pour la construction d'un lieu de culte. Devenu président de la République, il a renoncé à toucher à ce symbole de la laïcité.

Ces dernières années, les associations musulmanes se sont donc appuyées sur les aides des collectivités locales non prohibées par la loi de 1905. Ces mécanismes ont bénéficié et bénéficient encore aux autres cultes. Les municipalités cèdent ou louent aux associations musulmanes des terrains pour un prix modique ou dans le cadre de baux emphytéotiques.

Elles peuvent aussi choisir de subventionner la "partie culturelle" de l'édifice (bibliothèque, salles de cours...). Ou garantir les emprunts des associations cultuelles, porteuses des projets de construction... au risque de devoir rembourser les échéances ; enfin, les édifices cultuels bénéficient de dégrèvements fiscaux.

Et le minaret ?

Sur les quelque 2 000 lieux de culte musulman existant aujourd'hui en France, seule une minorité comporte un minaret. Ces tours de plusieurs mètres ornent généralement les mosquées-cathédrales, comme à Lyon, Evry, Mantes-la-Jolie, Nantes ou Créteil. Les deux mosquées les plus anciennes, Saint-Denis de la Réunion, construite en 1905, et Paris, qui date de 1926, sont celles qui possèdent les plus hauts minarets : 32 et 33 mètres.

Ces tours répondent davantage à une inscription symbolique de l'édifice cultuel dans le paysage urbain qu'à une prescription religieuse. Quant à l'appel à la prière lancé depuis le minaret et redouté par les opposants à ces constructions, il est pour l'heure totalement inexistant en France et nécessiterait pour s'imposer une autorisation du maire de la commune.

Postérieur aux débuts de l'islam, le minaret remonte au VIIIe siècle. Il symbolise "l'élévation de l'homme vers Dieu", rappelle Rachid Benzine, dans l'ouvrage collectif Les Minarets de la discorde (Infolio, 115 p., 8 euros). Mais il représente aussi, selon le chercheur, une tour de guet, la victoire de l'islam, le lieu d'appel à la prière et le symbole de la visibilité du lieu de culte...

"La question n'est pas de savoir si ces constructions sont légitimes d'un point de vue religieux ou pas, précise-t-il. Nous touchons ici à la patrimonialisation inéluctable de cette présence (en Europe). C'est un passage obligé qui atteste que ce qui était "étranger" est désormais endogène et transforme le paysage architectural historique, culturel du Vieux Continent."
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mizania.com
Admin
Admin
Admin


Nombre de messages : 6565
Points : 14237
Réputation : 135
Date d'inscription : 06/05/2008

Construction de mosquées en France Empty
MessageSujet: Re: Construction de mosquées en France   Construction de mosquées en France Icon_minitimeSam 2 Mar - 13:48

Et pour ne pas être parano par rapport un refus de construction d'un minaret par l'urbanisme (surtout après le vote controversé des suisses : https://mizania.forumdediscussions.com/t1631-les-suisses-disent-non-aux-minarets-a-57

Voici un exemple qui ne concerne pas une mosquée :

La Russie avait déposé une demande de permis de construire auprès des services de la Préfecture de Paris, afin de réaliser une église et un centre culturel russe sur le site de l’ancien siège de Météo France.

Le maire de Paris Bertrand Delanoë - dont l’avis n’est que consultatif sur le dossier - avait exprimé en février sa "très nette opposition" au projet dessiné par l’équipe d’architectes menée par l’Espagnol Manuel Nunez Yanowsky.

Il avait regretté une "architecture de pastiche" avec "une ostentation tout à fait inadaptée au site des berges de la Seine classé au patrimoine mondial de l’Unesco".

Les architectes avaient imaginé une église orthodoxe classique surmontée de cinq bulbes dorés, dont le plus grand devait s’élever à 27 mètres (sans la croix). L’église devait être recouverte d’un immense voile en verre se transformant en façade photovoltaïque sur le bâtiment culturel à l’arrière de l’édifice religieux. Le projet construit sur une parcelle de 4 245 mètres carrés avait été chiffré 34,5 millions d’euros, lors de l’annonce des résultats du concours en mars 2011.

Voici à quoi ressemble cette église :
Construction de mosquées en France Le-pro10

Autre exemple :

la Basilique Saint-Denis à qui il manque une flèche depuis 1837 (Cette année-là la foudre frappe l’édifice et la détruit partiellement. 10 ans plus tard la tour Nord est démontée par Viollet Leduc).

Marcelin Berthelot a voulu reconstruire l’édifice conforme à son origine. Manifestations, pétitions, sons et lumières avec reconstitution par laser…le maire PCF ne lésine pas sur la campagne de communication. Il fallait redonner à la basilique toute sa fierté.

Le feu vert du ministère de la culture arrive enfin en 1989. Mais Jack Lang n’y alloue pas un franc, la banlieue n’était pas la priorité en matière architecturale.

Est-ce malgrés l’aspect incontestable de son appartenance au patrimoine national. Cette prestigieuse église attire 180 000 touristes par an. C’est sous sa nef que reposent tous les rois de France. Le bâtiment religieux est marqué par l’histoire et en garde les traces : c’est ici que Jeanne d’Arc est venue se faire soigner. Henri IV y proclama lors de son baptême que « Paris vaut bien une messe », abjurant là son protestantisme. Et Napoléon fit de l’ancienne abbaye une maison d’éducation pour jeunes filles, la Légion d’honneur.

L’idée d’une restauration a été relancée par le maire, Didier Paillard et Patrick Braouezec, président de Plaine commune.

L’idée est de lancer un chantier de restauration promouvant le savoir faire manuel et un chantier d’insertion de formation aux métiers de la pierre. Le projet coûterait quelque 20 millions d'euros. Pour les trouver, les initiateurs veulent attirer les mécènes. Ils ont confié le comité de parrainage à l’académicien Eric Orsenna, ancien conseiller culturel de François Mitterrand qui soutient déjà la reconstruction de la frégate Hermione à Rochefort. Des entreprises comme Saint- Gobain pourraient s'investir; d'autres sont attendues.

« L’autre source de financement proviendrait des visites du chantier avec un échafaudage pour voir la progression des travaux », explique Luc Fauchois, chargé du projet.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mizania.com
Admin
Admin
Admin


Nombre de messages : 6565
Points : 14237
Réputation : 135
Date d'inscription : 06/05/2008

Construction de mosquées en France Empty
MessageSujet: Re: Construction de mosquées en France   Construction de mosquées en France Icon_minitimeDim 14 Juil - 17:47

La France compte en 2013 quelque 2 200 mosquées en activité.

Sous cette appellation, on trouve aussi bien des lieux de culte pouvant accueillir quelques dizaines de personnes, installés dans d'anciens locaux commerciaux, des pavillons ou des rez-de-chaussée d'immeubles, peu visibles de l'extérieur, que des édifices à l'architecture assumée, comprenant parfois dôme et minaret, pouvant rassembler plusieurs centaines de fidèles.

La grande majorité des lieux de culte existant ne dépasse pas 100 m2. Beaucoup ont même une surface inférieure et seule une minorité s'étend sur plus de 1000 m2.

Selon le président du Conseil français du culte musulman (CFCM), il conviendrait de doubler la surface totale disponible pour la prière (300 000 m2 aujourd'hui), sachant qu'il faut, selon les normes habituelles 1 m2 par fidèle. Cela ne signifie pas forcément un doublement du nombre de mosquées.

EN PARTIE FINANCÉES PAR DES DONS

Les constructions de mosquées se multiplient depuis une vingtaine d'années, et quelque 200 projets seraient actuellement en cours dans toutes les régions de France. Coûtant plusieurs millions d'euros, ces constructions sont en partie financées par les dons des fidèles ; des aides de pays musulmans, des dons de leurs dirigeants ou de la Ligue islamique mondiale, une ONG d'origine saoudienne complètent les budgets.

Les associations musulmanes utilisent aussi les dispositifs autorisés par la loi française pour bénéficier de baux emphytéotiques de 99 ans à loyer modéré de la part des collectivités locales, de garanties d'emprunt ou accolent à la partie cultuelle de leur projet une partie culturelle (salle de conférences ou d'exposition, hammam...), susceptible de recevoir des subventions publiques.

La loi de 1905 interdit en France le financement public direct des cultes, exception faite de l'Alsace et de la Moselle, sous régime concordataire.

Les lieux de culte sont encore en grand partie animés par des bénévoles à l'exception des imams, parfois seuls salariés de l'association gestionnaire de la mosquée. Dans les lieux de culte dépendant des grandes fédérations liées aux pays d'origine de la plupart des musulmans de France : Maroc, Algérie, Tunisie et Turquie, les imams peuvent aussi être des salariés du ministère des affaires religieuses du pays concerné. Durant le mois du ramadan, période d'affluence dans les mosquées, les gouvernements en question envoient en France des contingents de plusieurs dizaines d'imams pour assurer prières et prêches.

Un site qui répertorie les mosquées de France : www.trouvetamosquee.fr/
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mizania.com
Contenu sponsorisé





Construction de mosquées en France Empty
MessageSujet: Re: Construction de mosquées en France   Construction de mosquées en France Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Construction de mosquées en France
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Défiscalisation des dons pour la construction des mosquées ?
» Qui est responsable des mosquées au Maroc
» Echec des cours de sensibilisation dans les mosquées

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MIZANIA :: France :: Forum France :: Religion.fr-
Sauter vers: