MIZANIA
MIZANIA
MIZANIA
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

MIZANIA

Forum du Consom'acteurs et du contribuable Franco-marocain
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Pour le mois de Janvier 2012 : 33 442 Visites (1079/jour) et 50 994 Pages vues (1645 pages / jour)
Le forum dispose d’un compte sur Facebook : MIZANIA MAROC (79 amis)
Derniers sujets
Sujets similaires
Juin 2022
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   
CalendrierCalendrier
Le deal à ne pas rater :
Sexy Cosplay Doll : Tome 8 Collector de Sexy Cosplay Doll avec artbook
10.80 €
Voir le deal

 

 Des experts redoutent une pénurie de phosphates d'ici à la fin du siècle

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin


Nombre de messages : 6565
Points : 14237
Réputation : 135
Date d'inscription : 06/05/2008

Des experts redoutent une pénurie de phosphates d'ici à la fin du siècle Empty
MessageSujet: Des experts redoutent une pénurie de phosphates d'ici à la fin du siècle   Des experts redoutent une pénurie de phosphates d'ici à la fin du siècle Icon_minitimeMer 13 Jan - 0:11

www.lemonde.fr

A Al Jalamid, les travaux vont bon train. Situé dans le nord de l'Arabie saoudite, ce chantier doit permettre l'exploitation, à partir de 2011, d'un immense gisement de phosphore, minerai de base des phosphates, qui sont eux-mêmes une composante centrale de la production d'engrais. Le projet, qui comprend des usines de transformation, n'a rien de simple : dans cette région aride, il faut trouver des ressources en eau et développer les infrastructures électriques et ferroviaires.

Les investissements sur ce site s'appuient sur la certitude que les phosphates vont devenir une denrée de plus en plus recherchée. La croissance démographique mondiale et la nécessité de tirer le meilleur parti des terres arables la rendent stratégique.

La question de l'assèchement des gisements mondiaux de phosphates, qui pourrait bousculer les équilibres alimentaires dans quelques décennies, faute d'engrais, fait débat parmi les experts, en l'absence de données vraiment fiables sur les réserves de ce minerai. Mais, étant donné son caractère stratégique et les implications géopolitiques, tous reconnaissent l'urgence de mieux en maîtriser la gestion.

Les réserves mondiales de phosphates suffiront-elles à satisfaire les besoins d'une agriculture qui en consomme de plus en plus ? Selon l'institut de géophysique américain (USGS), dont les données sont le plus souvent utilisées, les réserves mondiales économiquement exploitables du minerai s'élèveraient à environ 15 milliards de tonnes.

Ce chiffre conduit certains observateurs à s'inquiéter d'une possible pénurie dans les décennies à venir, puisque, rapportées à la production annuelle mondiale (près de 165 millions de tonnes en 2008, selon l'USGS), les réserves pourraient satisfaire la demande pendant seulement environ 90 ans. De plus, la consommation mondiale devrait afficher une croissance de 2 % à 3 % dans les années à venir, selon les estimations de l'Association internationale de l'industrie des engrais (IFA).

"Ces données, qui sont soumises volontairement par les pays et les industriels, n'ont pas été remises à jour récemment, et l'USGS sous-estime les réserves", estime Michel Prud'homme, directeur à l'IFA, qui reconnaît cependant que "ces chiffres permettent de prendre conscience du problème posé par la gestion des ressources en phosphates".

Le marché manque de transparence, d'autant qu'il est tenu par quelques pays et un petit nombre d'industriels. "Il faudrait mettre en place un mode de suivi des données du marché moins opaque et une coopération mondiale pour définir des stratégies qui prennent en compte les limites de la ressource et le fait que des pays pauvres n'auront pas les moyens de supporter un renchérissement du prix des engrais", souligne Dana Cordell, de l'université technologique de Sydney.

L'augmentation du nombre de pays producteurs - une trentaine aujourd'hui - n'empêche pas le Maroc, les Etats-Unis et la Chine de représenter aujourd'hui, à eux 3, les deux tiers de la production mondiale, et une proportion similaire des réserves.

Outre l'Arabie saoudite, des pays tels que l'Algérie, l'Australie, le Pérou ou le Brésil cherchent à développer leur production pour profiter de la hausse de la consommation et des prix. L'USGS estime que les réserves mondiales potentielles, plus ou moins commercialement exploitables, pourraient s'élever à 47 milliards de tonnes.

Certains de ces gisements seront plus coûteux à exploiter, "et leur teneur en phosphore sera parfois moindre que celle des grands gisements actuels", note Dana Cordell. Sans compter les produits collatéraux de l'extraction : "L'un des problèmes récurrents de l'exploitation des phosphates est la présence dans les roches de métaux lourds ou de radioactivité", pointe Christian Hocquard, économiste au Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM).

Pour assurer leur sécurité d'approvisionnement, certains pays et grands groupes industriels investissent dans les zones les plus riches en minerai, notamment le pourtour méditerranéen. Les Etats-Unis ont ainsi passé avec le Maroc un accord commercial préférentiel, entré en vigueur en 2006. Le géant industriel brésilien Vale s'intéresse au phosphate tunisien. De son côté, l'Union européenne a lancé, mi-2009, une étude sur une utilisation "durable" des ressources en phosphates.

Cette chasse aux phosphates passe aussi par une amélioration des techniques d'extraction et de transport du minerai. Sans compter la nécessaire adoption de pratiques agricoles plus "durables" dans l'utilisation d'engrais. "Il faut arriver à une meilleure gestion de cette ressource", note Samia Charadi, conseillère auprès du président de l'Office chérifien des phosphates (OCP), premier producteur mondial.

Outre la recherche de nouveaux gisements, il semble nécessaire d'adopter une gestion raisonnée de la ressource, qui passe par le recyclage du phosphore consommé. "C'est le grand défi des années à venir", note Patrick Heffer, de l'IFA. Des projets de récupération du phosphore dans le fumier animal, ou même dans les eaux usées ou les excréments humains, sont à l'étude, en Suède et en Allemagne notamment. Mais ces recherches n'en sont qu'à leurs premiers pas.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mizania.com
Admin
Admin
Admin


Nombre de messages : 6565
Points : 14237
Réputation : 135
Date d'inscription : 06/05/2008

Des experts redoutent une pénurie de phosphates d'ici à la fin du siècle Empty
MessageSujet: Re: Des experts redoutent une pénurie de phosphates d'ici à la fin du siècle   Des experts redoutent une pénurie de phosphates d'ici à la fin du siècle Icon_minitimeJeu 9 Jan - 13:09

Au Maroc, l’Office chérifien des phosphates [OCP SA], c’est l’Etat dans l’Etat, indique un interlocuteur qui préfère rester anonyme.
 
Ici, le directeur de l’OCP a plus de pouvoir qu’un ministre. » Avec un chiffre d’affaires de 59,4 milliards de dirhams (5,3 milliards d’euros) en 2012, l’OCP est la première entreprise marocaine. Détenu à 95 % par l’Etat et à 5 % par la Banque centrale populaire, le groupe est le premier exportateur de phosphates et le 3ème producteur derrière les Etats-Unis et la Chine.
 
Une hégémonie qui ne devrait pas faiblir dans les années à venir puisque les gisements marocains représenteraient presque 50 % des réserves mondiales. D’où les objectifs ambitieux affichés par l’OCP :
-         doubler la production de ses mines d’ici à 2017 pour atteindre 55 millions de tonnes
-         tripler dans le même temps les quantités de produits transformés, qu’il s’agisse d’engrais, d’acide phosphorique ou de tout autre chose, comme les produits alimentaires pour le bétail ou la volaille lancés en novembre 2013.
 
Cette volonté de développement, le gouvernement marocain souhaite l’accompagner : « Notre objectif est de détenir 50 % des brevets déposés sur les phosphates d’ici à 2030 », explique Lahcen Daoudi, ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres.
 
Dans cette perspective, l’OCP a financé à Benguerir, entre Marrakech et Casablanca, la construction de l’université polytechnique Mohammed-VI, adossée à de grandes universités internationales et qui devrait former des bataillons de chercheurs ou d’ingénieurs susceptibles de travailler, lit-on sur le site de l’OCP, « dans les domaines qui sont importants pour le développement du groupe », à savoir l’industrie minière, le management industriel et le développement durable.
 
 
Ce dernier pan est d’ailleurs l’autre fer de lance de l’OCP, qui, autour de l’université Mohammed-VI, a prévu la création d’une ville verte, accueillant laboratoires et habitations et permettant de tester en grandeur nature des dispositifs de production d’énergie innovants.
 
Cette initiative, lancée en 2009, s’est accompagnée au niveau gouvernemental par la création de l’Institut de recherche en énergie solaire et en énergies nouvelles (Iresen).
 
A la fois centre de recherche et agence de moyens, l’Iresen a d’ores et déjà permis de financer 24 projets de recherche consacrés au développement d’éoliennes, de panneaux solaires ou de batteries adaptées aux conditions climatiques du Maroc. Si l’Iresen ne dépend pas de l’OCP, il devrait s’établir dans la ville verte de Benguerir, en 2014.
 
Extrait : www.lemonde.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mizania.com
 
Des experts redoutent une pénurie de phosphates d'ici à la fin du siècle
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chaabi liliskane l'arnaque du siecle
» Risque de pénurie de vaccins
» Une pénurie d'interprètes dans quelques années

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MIZANIA :: Maroc :: Forum Maroc :: Economie et entreprises.ma-
Sauter vers: