MIZANIA
MIZANIA
MIZANIA
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

MIZANIA

Forum du Consom'acteurs et du contribuable Franco-marocain
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Pour le mois de Janvier 2012 : 33 442 Visites (1079/jour) et 50 994 Pages vues (1645 pages / jour)
Le forum dispose d’un compte sur Facebook : MIZANIA MAROC (79 amis)
Derniers sujets
Sujets similaires
Juillet 2022
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
CalendrierCalendrier
Le Deal du moment :
Manga : le contenu du Tome 10 Collector de ...
Voir le deal

 

 La Turquie Vs la Grèce

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin


Nombre de messages : 6565
Points : 14237
Réputation : 135
Date d'inscription : 06/05/2008

La Turquie Vs la Grèce Empty
MessageSujet: La Turquie Vs la Grèce   La Turquie Vs la Grèce Icon_minitimeMar 13 Sep - 1:24

Alors que la Grèce est en quasi faillite malgré les différents plans de sauvetage, son voisin turc se porte plus que bien. Défiant la morosité internationale, l'économie turque a enregistré au deuxième trimestre une croissance de 8,8% sur un an. D'un trimestre sur l'autre, le produit intérieur brut (PIB) a progressé de 1,3% en données corrigées des variations saisonnières.

Avez vous une explication ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mizania.com
Admin
Admin
Admin


Nombre de messages : 6565
Points : 14237
Réputation : 135
Date d'inscription : 06/05/2008

La Turquie Vs la Grèce Empty
MessageSujet: Re: La Turquie Vs la Grèce   La Turquie Vs la Grèce Icon_minitimeJeu 29 Sep - 12:48

La Turquie est un pays laïc avec au pouvoir un parti conservateur musulman. L’AKP, le Parti de la justice et du développement, qui se présente comme un parti «conservateur démocrate», est l’exemple d’un islam politique réconcilié avec le monde, en phase avec la mondialisation des échanges.

Il a été fondé en 2001 sur le schéma de la démocratie chrétienne allemande et est au pouvoir depuis novembre 2002.

La Turquie, peuplée de 74 millions d’habitants (moyenne d’âge: 28 ans), est un exemple de mariage réussi entre islam et démocratie. Dans un pays où plus de 85 % de la population est musulmane, le parti au pouvoir depuis 2002, l’AKP, se veut être la synthèse réussie de l’islam et de la démocratie (une étude menée par TESEV en 2006 montre une augmentation de la proportion des Turcs qui se considèrent avant tout comme musulmans – 44,6 % – par rapport à celle qui se considère avant tout comme turque – 19,4 % –).

L’économie turque affiche une croissance de 8,9 %, alors qu’elle est dépourvue de ressources pétrolières.
En 8 ans, le PIB annuel par habitant a plus que triplé.
Le pouvoir d’achat des Turcs a doublé depuis 2002.
La population est éduquée, les coûts salariaux sont faibles et l’industrie exporte.
Le taux de chômage est de 10,6% et la dette ne représente que 40 % du PIB.

On parle de miracle économique.

La Turquie est passée en 30 ans d’une dictature militaire sanglante à une démocratie encore imparfaite mais solidement ancrée. Le changement démocratique est intervenu en limitant les pouvoirs de l’armée. Le pays a initié sa transition démocratique en 1945.

17e économie mondiale, le pays enregistre l’un des plus importants taux de croissance au monde.

- Ainsi, le pays avait en 2001 un taux de croissance négatif de 9,5% tandis qu’en début 2011, ce dernier est passé à 9,6%.
- De plus, l’inflation a également été amoindrie, passant de 54,4% en 2001 à 9,48% aujourd’hui selon les statistiques officielles.

Ce sont plutôt ses stratégies en interne qui portent leurs fruits. Malgré la guerre civile au Kurdistan, l’armée n’est que le 3ème budget de l’Etat, derrière la santé et l’éducation. Ensuite, tout déficit budgétaire est interdit par la loi, il n’existe plus de produits subventionnés depuis 12 ans, et la monnaie est convertible de façon absolue depuis 10 ans.


Dernière édition par Admin le Lun 11 Juin - 23:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mizania.com
Admin
Admin
Admin


Nombre de messages : 6565
Points : 14237
Réputation : 135
Date d'inscription : 06/05/2008

La Turquie Vs la Grèce Empty
MessageSujet: Re: La Turquie Vs la Grèce   La Turquie Vs la Grèce Icon_minitimeSam 10 Déc - 14:19

Je reviens sur le cas de la Grèce parce que la quasi totalité des pays arabes et musulmans ont adopté le même modèle. En quoi consiste ce modèle :

Une grande partie de l'économie dans le noir, salariés non déclarés, agent de l'état corrompus, droits indus touchés et secteurs entiers de l'économie épargnés de l’impôt.

Regardez la situation actuelle du pays :

- Récession : -2% en 2009; -4.5% en 2010 et -7 à 8 % en 2011

- Perte de souveraineté : le lendemain des grecs dépend des différents sommets

- Et une population qui souffre :
Salaires publics divisés par 2, -25% sur les retraites, TVA relevé, des milliers de PME en faillite et des centaines de milliers de licenciements et un taux de chômage qui explose : 43.5% pour les - 25 ans.

Et ceux qui ont profité de la situation précédente : ils ont planqué leur argent en Suisse et je pense que l'idée de venir au secours de leurs pays n'a jamais et ne va jamais traversé leur tête.

Et quand on encourage à ce point la corruption, la malhonnêteté, le jour où on veut mettre de l'ordre, il y a tellement de monde à punir qu'on recule. Le fisc grec dispose d'une liste de 1500 gros fraudeurs mais il ne l'a pas utilisé : Probablement parce qu'une bonne partie de l'élite est compromise.

A bon entendeur





Revenir en haut Aller en bas
http://www.mizania.com
Admin
Admin
Admin


Nombre de messages : 6565
Points : 14237
Réputation : 135
Date d'inscription : 06/05/2008

La Turquie Vs la Grèce Empty
MessageSujet: Re: La Turquie Vs la Grèce   La Turquie Vs la Grèce Icon_minitimeVen 6 Avr - 11:17

Dans le dernier post, j'ai essayé de montrer la détresse dans la quelle se trouve la Grèce aujourd'hui. Un exemple très frappant et très émouvant :

Un peu avant 9heures du matin, sous un arbre de la place Syntagma, à quelques mètres de la sortie du métro et du Parlement, un retraité de 77 ans s'est tiré une balle dans la tête, mercredi 4 avril, au cœur de la capitale grecque. L'annonce de ce suicide a suscité une vive émotion en Grèce. Des milliers de personnes sont venues, tout au long de la journée, porter des fleurs, des bougies et des messages, accrochés tout autour du tronc du cyprès. "Ce n'est pas un suicide, c'est un assassinat politique", disait une affiche.

Selon le correspondant du Monde à Athènes, Alain Salles, le pharmacien à la retraite a laissé une note manuscrite, non signée. Dimitris Christoulas y revendique la portée symbolique de son acte : "Puisque mon âge avancé ne me permet pas de réagir de façon dynamique (mais si un Grec attrapait une Kalachnikov, je serais juste derrière lui), je ne vois pas d'autres solutions que cette fin digne de ma vie. Ainsi, je n'aurai pas à fouiller les poubelles pour assurer ma subsistance." Il a ajouté : "Je crois que les jeunes sans avenir prendront un jour les armes et pendront les traîtres de ce pays sur la place Syntagma, comme les Italiens l'ont fait avec Mussolini en 1945."

La lettre fait également référence au "gouvernement Tsolakoglou", le premier gouvernement collaborationniste, pendant l'occupation allemande. Certains manifestants dénoncent régulièrement "l'occupation de la troïka" en la comparant à l'occupation nazie. Une affiche placée sur le cyprès accusait : "la junte des prêteurs l'a assassiné", assimilant le Fonds monétaire international, la Commission européenne et la Banque centrale européenne au régime des colonels qui a plongé le pays dans la dictature de 1967 à 1974.

La plupart des manifestants, silencieux et émus, refusaient de parler aux médias mais certains scandaient le mot "Assassins". "Soulevez-vous, son sort sera le sort de nous tous", "Que cette mort soit la dernière de citoyens innocents. J'espère que les prochaines victimes seront les politiciens traîtres", pouvait-on lire sur les notes déposées par les Athéniens. La police a bouclé l'avenue longeant le Parlement.

"Il est tragique qu'un de nos concitoyens ait mis fin à ses jours. Dans ces moments difficiles pour notre société, gouvernement et citoyens, nous devons soutenir les gens qui se trouvent dans la détresse", a indiqué le premier ministre, Lucas Papadémos, dans un communiqué.

Le porte-parole du gouvernement, Pantélis Kapsis, a souligné que "les circonstances précises" de cette "tragédie humaine" n'étaient pas encore connues. Selon les médias, plusieurs témoins ont entendu l'homme crier qu'il ne voulait pas léguer de dettes à ses enfants. Selon la police, Dimitris Christoulas souffrait d'un cancer du pancréas.

AUGMENTATION DES SUICIDES

Plusieurs études ont rendu compte ces derniers mois d'une augmentation des dépressions et suicides en Grèce, où la crise économique et sociale a fait bondir le taux de chômage, chuter salaires et retraites, paupérisant des pans entiers de la population. A l'image de ses voisins du Sud, la Grèce affiche toutefois un taux de suicide beaucoup plus bas que les pays du nord de l'Europe.

Alors que des élections législatives anticipées sont attendues début mai dans le pays, ce drame a fait réagir l'ensemble de la classe politique, qui y voit le signe du "désespoir" et de "la dépression" de la population grecque. "Je suis ébranlé, malheureusement ce n'est pas la première victime, nous avons un taux record de suicides. Il faut faire sortir les Grecs du désespoir", a déclaré Antonis Samaras, chef de Nouvelle Démocratie (conservateur), en tête dans les sondages.

"RÉFLÉCHIR À LA SITUATION DU PAYS"

De son côté, le Parti communiste a appelé "les coupables et les responsables du désespoir du peuple grec à se taire devant les résultats abominables de la crise capitaliste".

Plus mesuré, Evangélos Vénizélos, chef des socialistes du Pasok, parti majoritaire dans le gouvernement de coalition et artisan du deuxième prêt international accordé récemment au pays, a estimé que "les commentaires politiques n'ont pas leur place après cet incident choquant", ajoutant : "Il faut réfléchir à la situation du pays et faire preuve de solidarité et de cohésion."

En Italie, également sous le coup d'une sévère cure d'austérité, un maçon poursuivi pour fraude fiscale à Bologne et un Marocain de Vérone qui n'était plus payé depuis des mois se sont immolés par le feu la semaine dernière.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.mizania.com
Admin
Admin
Admin


Nombre de messages : 6565
Points : 14237
Réputation : 135
Date d'inscription : 06/05/2008

La Turquie Vs la Grèce Empty
MessageSujet: Re: La Turquie Vs la Grèce   La Turquie Vs la Grèce Icon_minitimeLun 16 Avr - 17:07

Officiellement, la Turquie maintient toujours sa candidature d'adhésion à l'Union européenne (UE), même si cette candidature rencontre une forte opposition dans une partie de la classe politique et de l'électorat de certains pays membres de l'UE, comme la France.

A minima, cela lui permet de bénéficier de mesures de soutien pour accompagner sa modernisation politico-institutionnelle, et de continuer à entretenir ses réseaux d'influence à Bruxelles, notamment à travers sa puissante organisation patronale, la TUSIAD, qui exerce un lobbying actif en faveur des industriels turcs.

Rappelons que l'Union européenne est le premier partenaire commercial de la Turquie, avec près de 40% de ses exportations et de ses importations.

Dans la pratique, cependant, la Turquie ne regarde plus vers Bruxelles. L'adhésion à l'UE n'est plus l'alpha et l'oméga de sa politique étrangère. Tout en restant membre de l'OTAN et de l'OCDE, la Turquie s'est en effet peu à peu émancipée de la tutelle occidentale et s'est trouvée, à mesure que son économie se renforçait et que le poids de la classe moyenne urbanisée s'accroissait, une nouvelle vocation de puissance régionale, voire mondiale.

Car la Turquie a connu au cours de la dernière décennie un taux de croissance très soutenu, en faisant une des économies émergentes les plus dynamiques de la planète. Le PIB frôle désormais le seuil symbolique des 1.000 milliards de dollars, en parité de pouvoir d'achat, avec une hausse cumulée de près de 50% sur 10 ans. De la belle avenue Istiklal à Istanbul, où les boutiques de luxe jouxtent les cafés branchés et les restaurants cossus, jusqu'aux villes les plus reculées d'Anatolie, la transformation est palpable. Partout dans le pays, on peut voir des centres d'affaires rutilants et des aéroports flambant neufs. Le taux de chômage a également connu une décrue sensible au cours de la dernière décennie et des tensions sur la main d'oeuvre apparaissent même dans certains secteurs comme la construction, ce qui se traduit par un recours à l'immigration venant des pays environnants.

Ce dynamisme se retrouve dans l'esprit de conquête et l'appétit de puissance des "tigres anatoliens", ces entrepreneurs proches des milieux islamo-conservateurs, qui accompagnent le Premier ministre Erdogan dans toutes ses visites à l'étranger. Ils signent dans la foulée des contrats dans un espace allant du Maroc à la Chine, en passant par des endroits aussi inhospitaliers que la Somalie, l'Irak et l'Afghanistan. L'adage selon lequel la fortune sourit aux audacieux s'applique particulièrement bien à cette nouvelle élite économique, qui constitue la caisse de résonance politique et financière de l'AKP. Pour preuve, d'après le magazine Forbes, Istanbul est la ville au monde qui comptait en 2010 le plus grand nombre de milliardaires après New York, Moscou et Londres.

La Turquie a aussi particulièrement bien résisté à la crise économique mondiale. Contrairement aux pays de la zone euro qui ont subi des dégradations en cascade de leurs notes souveraines, la Turquie a vu au contraire sa note réhaussée par les agences de notation Fitch et Standard&Poors. Cette dernière lui a attribué en septembre dernier, pour la première fois dans l'histoire du pays, la note BBB- qui l'a fait passer en "catégorie d'investissement". Ce qui se traduit déjà par une accélération des investissements directs étrangers, et par une réduction des coûts de financement pour les entreprises et pour l'Etat turc.

Cette insolente santé économique ne pouvait pas ne pas avoir de répercussions sur le plan diplomatique. Après l'attaque du bateau Marmara par un commando israélien en juin 2010, Ankara s'est payée le luxe de refroidir ses relations avec Tel Aviv et de réorienter sa diplomatie vers les pays arabes, au point que certains analystes ont évoqué une "politique néo-ottomane". Sous l'égide du ministre des Affaires étrangères, l'ancien professeur de sciences politiques Ahmet Davutoglu, la Turquie a également renforcé ses liens avec ses deux grands rivaux historiques dans la région que sont la Russie et l'Iran. Elle a même proposé de jouer un rôle de médiation dans le dossier du nucléaire iranien.

Enfin, le printemps arabe de 2011 a donné à l'AKP et à son leader charismatique, le Premier ministre Erdogan, l'occasion de présenter la Turquie comme un modèle de développement et de démocratie pour les nouvelles majorités issues des urnes en Tunisie, au Maroc et en Egypte. Le soft power et le prestige de la Turquie s'en sont trouvés renforcés dans toute la région et au delà, comme le montre l'intérêt récent du Brésil pour ce pays. La crise syrienne et le rôle clé qu'y joue Ankara parachève cette transformation, en faisant de l'héritière de l'Empire ottoman déclinant du XIXe siècle, une des puissances majeures du monde multipolaire qui se dessine au XXIe siècle.

http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20120412trib000693162/la-turquie-a-t-elle-vocation-a-rejoindre-les-brics-.html
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mizania.com
Contenu sponsorisé





La Turquie Vs la Grèce Empty
MessageSujet: Re: La Turquie Vs la Grèce   La Turquie Vs la Grèce Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
La Turquie Vs la Grèce
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Grèce : quand un pays fait faillite
» La turquie tiraillé entre le monde musulman et l'europe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MIZANIA :: France :: Forum France :: Union européenne.fr-
Sauter vers: