MIZANIA
MIZANIA
MIZANIA
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

MIZANIA

Forum du Consom'acteurs et du contribuable Franco-marocain
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Pour le mois de Janvier 2012 : 33 442 Visites (1079/jour) et 50 994 Pages vues (1645 pages / jour)
Le forum dispose d’un compte sur Facebook : MIZANIA MAROC (79 amis)
Derniers sujets
Sujets similaires
Juin 2022
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   
CalendrierCalendrier
Le Deal du moment : -38%
PC Portable Gamer – LENOVO Legion 5 15ACH6H ...
Voir le deal
799 €

 

 Je cherche une ville au Maroc qui n’est pas en conflit avec sa régie

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin


Nombre de messages : 6565
Points : 14237
Réputation : 135
Date d'inscription : 06/05/2008

Je cherche une ville au Maroc qui n’est pas en conflit avec sa régie  Empty
MessageSujet: Je cherche une ville au Maroc qui n’est pas en conflit avec sa régie    Je cherche une ville au Maroc qui n’est pas en conflit avec sa régie  Icon_minitimeJeu 26 Jan - 16:33

Après Casa et la Lydec, Tanger et Amendis, Taza et sa régie …..

En voilà Marrakech à son tour concerné. La grogne contre la Radeema (Régie autonome de distribution d’eau, d’électricité et d’assainissement) perdure.

Principale raison : Cherté des factures d’eau et d’électricité.

Les habitants demandent une révision du système de facturation qui est basé sur le principe des tranches, (quatre au total). Ce système serait à l’origine des factures salées en eau et électricité dans les quartiers populaires ou plusieurs foyers utilisent un unique compteur. Et les usagers demandent son annulation. «Cela ne dépend pas du bon vouloir de la Régie. Ce barème est dicté par le ministère de l’Intérieur», explique-t-on auprès de la Radeema. (voir un sujet sur le prix de l’eau : https://mizania.forumdediscussions.com/t2654-eau-et-electricite-au-maroc-vous-ne-payez-pas-la-meme-chose )


La Régie a adopté différentes mesures urgentes pour l’octroi de compteurs supplémentaires pour les maisons où résident plusieurs familles. D’autres mesures ont été adoptées, notamment l’échelonnement sur 12 mois des montants des factures enregistrées dans la période comprise entre le mois d’août et octobre 2011. Lesquelles avaient fait déborder le vase et poussent les usagers à organiser les manifestations en décembre.





Dernière édition par Admin le Lun 13 Fév - 23:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mizania.com
Admin
Admin
Admin


Nombre de messages : 6565
Points : 14237
Réputation : 135
Date d'inscription : 06/05/2008

Je cherche une ville au Maroc qui n’est pas en conflit avec sa régie  Empty
MessageSujet: Re: Je cherche une ville au Maroc qui n’est pas en conflit avec sa régie    Je cherche une ville au Maroc qui n’est pas en conflit avec sa régie  Icon_minitimeLun 30 Jan - 12:25

Il semble qu'il n'y pas que l'eau et l'électricité qui posent problème. La gestion des déchets aussi.

Un désaccord oppose les cinq communes qui forment le Grand Nador et l’entreprise Veolia .

Les deux parties se sont mises d’accord pour une séparation à l’amiable et viennent de signer un avenant à l’accord qui ramène la durée du contrat de gestion à la moitié, soit 3 ans au lieu de 7 ans.

Un appel d’offres pour la gestion du service a déjà été lancé en août dernier et les offres sont en cours d’évaluation. Veolia devra par la même occasion assurer la continuité du service en attendant l’entrée en scène du nouvel arrivant.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mizania.com
Admin
Admin
Admin


Nombre de messages : 6565
Points : 14237
Réputation : 135
Date d'inscription : 06/05/2008

Je cherche une ville au Maroc qui n’est pas en conflit avec sa régie  Empty
MessageSujet: Re: Je cherche une ville au Maroc qui n’est pas en conflit avec sa régie    Je cherche une ville au Maroc qui n’est pas en conflit avec sa régie  Icon_minitimeMar 31 Jan - 23:50

Une précision concernant la distribution de l'eau en France qui nous sert de modèle. L'expérience du privé s'est révélé décevante. Les entreprises se sont bien gavés sur le dos des consommateurs.

Plusieurs communes reviennent aux régies municipales.

Voilà...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mizania.com
Admin
Admin
Admin


Nombre de messages : 6565
Points : 14237
Réputation : 135
Date d'inscription : 06/05/2008

Je cherche une ville au Maroc qui n’est pas en conflit avec sa régie  Empty
MessageSujet: Re: Je cherche une ville au Maroc qui n’est pas en conflit avec sa régie    Je cherche une ville au Maroc qui n’est pas en conflit avec sa régie  Icon_minitimeDim 12 Fév - 18:45

Il aura fallu 3 semaines et plusieurs mouvements de protestation pour régler le conflit de la Radeema à Marrakech qui prenait de plus en plus d’ampleur.

Le conseil d’administration de la Régie vient en effet d’approuver une série de mesures en faveur des consommateurs après plusieurs rounds de négociations.

- les frais de coupure d’électricité et d’eau qui vont être réduits de 50%.

- la Radeema avait déjà élargi le nombre de familles bénéficiant du programme de branchements sociaux avec l’octroi de compteurs supplémentaires pour les maisons où résident plusieurs familles.

- Les frais de branchements qui étaient de 2.500 DH vont être réduits avec des facilités de payement étalées sur 5 ans.

- Les factures des mois de l’été dernier qui avaient déclenché le mouvement de protestation vont être, elles aussi, rééchelonnées.

- la Régie va aussi réduire les délais de facturation. Celles-ci ne dépasseront pas les 30 jours de consommation,


Des cellules ont été créées au sein des différentes agences avec des équipes dédiées pour la gestion de la relation clientèle. Une de leurs missions, la réception des réclamations et leurs traitements tout en présentant des solutions adéquates.

Les usagers indignés revendiquaient également l’annulation du système de facturation par tranches qui serait à l’origine des factures salées.

Que ce soit pour l’électricité ou pour l’eau, les tarifs à la production pour les distributeurs sont en effet fixés par les pouvoirs publics selon un système de tranche horaire.

Le wali qui préside le conseil d’administration a présenté un recours à l’administration rbatie. En attendant, les représentants des usagers marrakchis ont préféré se montrer plutôt raisonnables.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.mizania.com
Admin
Admin
Admin


Nombre de messages : 6565
Points : 14237
Réputation : 135
Date d'inscription : 06/05/2008

Je cherche une ville au Maroc qui n’est pas en conflit avec sa régie  Empty
MessageSujet: Re: Je cherche une ville au Maroc qui n’est pas en conflit avec sa régie    Je cherche une ville au Maroc qui n’est pas en conflit avec sa régie  Icon_minitimeDim 12 Fév - 18:51

Et Rabat anticipe :

LA Wilaya de Rabat et la société Redal, filiale de Veolia Environnement, se penchent ensemble depuis quelques mois sur la révision du contrat de gestion déléguée concernant les services d’assainissement liquide et de distribution d’eau potable et d’électricité au niveau de près d’une dizaine de communes urbaines et rurales de la région.
«Parmi nos reproches majeurs à la société délégataire, figure le retard important enregistré dans la réalisation de son programme d’investissement», martèle un responsable de la mairie de Rabat.

Un constat soulevé également par le rapport de la Cour des comptes pour l’année 2009. Pour le volet assainissement liquide «le délégataire a accusé un retard important dans la réalisation d’un certain nombre de projets d’infrastructure pour un montant global actualisé de l’ordre de 900 millions DH», lit-on dans le rapport.

Dans le cadre du programme d’investissement de Redal, on prévoit la mise en place de systèmes de dépollution presque similaires, l’un côté Rabat et l’autre vers Salé.

Pour la capitale, il reste l’achèvement de la station de prétraitement pour que le système soit opérationnel à la fin de cette année, selon les responsables de Redal.
Par contre côté Salé, il reste beaucoup à faire –Et oui c’est toujours du côté des pauvres que ça traine- : l’émissaire, la station de prétraitement…
En ce qui concerne les causes de ce retard, Redal avance d’autres arguments. Elle évoque en premier lieu le problème de mobilisation du foncier par l’autorité délégante pour la réalisation des équipements nécessaires. «C’est le cas actuellement pour le projet de construction de la station de prétraitement côté Salé», avance un responsable de la société délégataire.
Sur le plan financier, ce dernier rappelle également le problème du retard de payement des factures de Redal par un certain nombre d’administrations notamment les communes. On apprend que depuis le début du contrat en 1999, le montant des investissements réalisés par Redal avoisine 4 milliards de DH. Cette dernière devrait mobiliser encore environ 2 milliards de DH sur un volume d’investissement total de près de 13,8 milliards de DH prévus par le contrat sur une durée de 30 ans.
Mais ce montant ne peut plus répondre au développement urbain des communes concernées. «Parmi les objectifs de l’opération de révision du contrat est de définir les nouveaux besoins, ce qui va permettre d’actualiser le montant des investissements nécessaires», indique une source impliquée dans cette opération. Pour cette dernière, il y a des priorités à satisfaire notamment en matière d’assainissement liquide, qui demeure encore un énorme chantier. A titre d’exemple, plusieurs quartiers de Souissi ne sont pas encore raccordés au réseau d’assainissement et de même pour ceux de la région de Harhoura. Une fois le nouveau programme arrêté, il sera soumis à l’approbation des conseils des communes concernées.

L’opération de révision est également une opportunité pour éclaircir certaines dispositions du contrat qui font l’objet de divergences d’interprétation par Redal et l’autorité délégante. Pour cette dernière, «la révision doit concerner tous les aspects du contrat (investissements, tarifs, projections financières, aspect institutionnel et juridique) et permettra une mise à niveau et une clarification des dispositions contractuelles». Sans oublier les observations soulevées par le rapport de la Cour des comptes de 2009.

Sur ce chapitre, on retient le retard enregistré dans l’opération de cession des 39% du capital de Redal à des sociétés marocaines qui devait être effectuée au plus tard en 2005 et qui ne l’est toujours pas aujourd’hui.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mizania.com
Admin
Admin
Admin


Nombre de messages : 6565
Points : 14237
Réputation : 135
Date d'inscription : 06/05/2008

Je cherche une ville au Maroc qui n’est pas en conflit avec sa régie  Empty
MessageSujet: Re: Je cherche une ville au Maroc qui n’est pas en conflit avec sa régie    Je cherche une ville au Maroc qui n’est pas en conflit avec sa régie  Icon_minitimeLun 20 Fév - 16:43

La c'est chaud ....

La tension est à nouveau à son comble entre Lydec et le conseil de la ville de Casablanca, autorité délégante des services concédés (distribution d’eau, d’électricité et l’assainissement).

C’est un rapport d’audit réalisé par un tandem de cabinets (Auditas et Fudicia) et qui aurait empoché 4 millions de dirhams d’honoraires sur la période 1997-2006 à la demande de l’autorité délégante, qui a mis le feu aux poudres.

Le rapport conclut que Lydec serait redevable de 546 millions de dirhams au conseil de la ville. Une conclusion qui a fait bondir la direction de Lydec qui s’est fondu d’un communiqué de presse musclé. Elle rejette bien évidemment cette conclusion car «la plus grande partie des observations de l’audit porte sur des sujets antérieurement réglés dans le cadre de la révision des conditions techniques et économiques du contrat de gestion déléguée».

Dans des termes à peine voilés, Lydec met en cause l’indépendance du cabinet qui a réalisé l’audit en promettant de faire appel à «un cabinet spécialisé et indépendant» pour une contre-expertise. Pour l’instant, personne ne sait comment finira ce nouveau bras de fer.

L’audit a été mandaté fin 2007 et a porté sur la période allant de 1997 à 2006. De source sûre, le délai de réalisation des contrôles et de remise des rapports à l’autorité délégante était fixé initialement à 9 mois. Mais dans la réalité, ce délai a été bien plus long que prévu. Le rapport n’a été rendu qu’après 2 ans. Les résultats et les rapports de l’audit ont été remis au conseil de la ville mi-2010, mais communiqués à Lydec que le 14 février 2011.

Les sujets évoqués par l’audit portent sur :
- La prise en charge du transfert de la retraite vers le Régime collectif d’allocation de retraite (RCAR),
- Les redevances à l’autorité délégante
- L’assistance technique.

Des points qui, selon Lydec, ont été déjà soldés dans le cadre de la révision. Et c’est ce qui a été expliqué dans un rapport élaboré par Lydec avec l’appui d’un cabinet d’audit et adressé à l’autorité délégante le 18 octobre 2011.

Mais pourquoi la ville attend-t-elle le 10 février 2012 pour adresser une lettre de notification à Lydec lui demandant le versement des 546 millions de DH?

L’affaire tourne, en effet, au bras de fer dès que le maire de Casablanca, Mohamed Sajid, ait constitué les commissions thématiques chargées du suivi des grands dossiers de la ville. Rappelons que le maire s’était engagé à mettre en place un certain nombre de mesures (délégations de signature, commissions de suivi, restructuration…) dans le cadre d’un pacte d’honneur qu’il avait signé, le 11 janvier dernier, avec les équipes des différents partis politiques.

Avant la prise de cette décision, le conseil de la ville est passé par un blocage historique. Il ne s’était pas réuni pendant près d’une année. Idem pour le comité de suivi de la gestion déléguée composé des élus, des représentants de l’autorité de tutelle et des représentants de Lydec. Au moment des tensions, les élus de la ville demandaient à ce que les représentants de l’autorité délégante dudit comité soient «élus» et non désignés. Mais, dans le cadre du pacte d’honneur de janvier 2012 Sajid a octroyé, sans problème, la présidence de la commission chargée du suivi du dossier de Lydec à son 5e vice-président, Mustapha Lhaya du Parti de la justice et du développement (PJD).

L’affaire de l’audit refait ainsi surface lors d’une réunion tenue par le comité de suivi le 8 février 2012, soit juste après la désignation de Lhaya, sachant que la dernière réunion du comité remonte au 24 janvier 2011.

Veolia France secoué

Son ancien patron (Proglio) essaye à tout prix d’évincer l’actuel (Frérot) en affirmant que sa gestion était catastrophique et que le maintenir à la tête de l'entreprise serait "suicidaire".

Frérot est engagé dans une vaste restructuration de Veolia. Il a ainsi déprécié ses actifs de 838 millions d'euros dans les comptes du groupe, qui devrait, conduire Veolia à annoncer, le 1er mars, des pertes de quelque 400 millions d'euros en 2011.

En cause : plusieurs acquisitions réalisées par M. Proglio lorsqu'il était à la tête de Veolia, principalement en Calabre (Italie) et aux Etats-Unis. Bouclées à un prix "anormalement élevé", selon un cadre dirigeant de Veolia, elles représentent aujourd'hui des foyers de pertes importants.

Ces difficultés auront-ils des impacts sur ses activités marocaines …
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mizania.com
Admin
Admin
Admin


Nombre de messages : 6565
Points : 14237
Réputation : 135
Date d'inscription : 06/05/2008

Je cherche une ville au Maroc qui n’est pas en conflit avec sa régie  Empty
MessageSujet: Re: Je cherche une ville au Maroc qui n’est pas en conflit avec sa régie    Je cherche une ville au Maroc qui n’est pas en conflit avec sa régie  Icon_minitimeMer 29 Fév - 23:35

une autre mauvaise nouvelle : c'est très inquiétant quand des entreprises boulimiques de sous croisent des élus dont l'intégrité n'est pas la première qualité. Le consommateur marocain doit rester vigilent, ces élus ne risquent pas de rendre publique ces activité mal géré par le privé.

Bruxelles a ouvert une enquête sur le leader mondial des services aux collectivités locales Veolia et ses deux principaux concurrents dans l'Hexagone, Suez Environnement et Saur.

La Commission européenne les soupçonne d'entente et d'abus de position dominante.

Plus précisément, elle entend vérifier si les groupes de distribution et d'assainissement de l'eau «ont coordonné leur comportement sur les marchés des services de l'eau et des eaux usées en France, en particulier en ce qui concerne des éléments du prix facturé au consommateur final». Elle soupçonne aussi la FP2E, le syndicat qui regroupe les 8 principales entreprises privées de gestion de l'eau, d'avoir participé à ces ententes.

Ces soupçons ne sont pas nouveaux. En avril 2010, Bruxelles a mené des inspections surprises chez les principaux opérateurs français, qui détiennent à eux trois près de 75% du marché privé de la gestion de l'eau, Veolia étant leader avec 40% de l'approvisionnement en eau potable, devant Suez (20%) et Saur (12%). L'enquête, alors informelle, visait notamment l'énorme contrat du Sedif en Île-de-France, géré par Veolia, et ceux de Toulouse et Montauban.

D'autres liens entre opérateurs ont été récemment dans le collimateur des autorités. En 2010, l'État français a contraint Veolia et Suez à mettre fin à leurs filiales communes en charge de la gestion de l'eau de Marseille, Nancy ou encore Saint-Étienne.
Pression sur les prix

Mais la démarche de Bruxelles coïncide avec une évolution des pratiques dont les opérateurs se passeraient volontiers. Habitués à des marges généreuses sur des contrats conclus pour plusieurs décennies, ils subissent depuis quelques années la pression des collectivités locales, qui réclament baisse des prix et transparence. Veolia a ainsi regagné en 2010 le contrat d'Ile-de-France (Sedif), en baissant le prix du m3 d'eau de 16%. À Dijon, le 6 janvier, la Lyonnaise des eaux, filiale de Suez, a dû s'engager à partager ses bénéfices avec la collectivité locale.

L'investigation de Bruxelles n'est pas une bonne nouvelle pour Saur, qui pourrait être fragilisé alors qu'il s'oppose à la volonté de son actionnaire principal, Séché Environnement, de devenir majoritaire chez lui. Ni pour Veolia, qui tente de réduire ses coûts et sa dette.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.mizania.com
Contenu sponsorisé





Je cherche une ville au Maroc qui n’est pas en conflit avec sa régie  Empty
MessageSujet: Re: Je cherche une ville au Maroc qui n’est pas en conflit avec sa régie    Je cherche une ville au Maroc qui n’est pas en conflit avec sa régie  Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Je cherche une ville au Maroc qui n’est pas en conflit avec sa régie
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La nouvelle ville Zenata : une rupture avec les erreurs du passé ?
» Google cherche à contrer facebook avec Google+
» Le parlement européen approuve l’accord agricole avec le Maroc

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MIZANIA :: Maroc :: Forum Maroc :: Eau, electricité, poste....ma-
Sauter vers: