MIZANIA
MIZANIA
MIZANIA
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

MIZANIA

Forum du Consom'acteurs et du contribuable Franco-marocain
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Pour le mois de Janvier 2012 : 33 442 Visites (1079/jour) et 50 994 Pages vues (1645 pages / jour)
Le forum dispose d’un compte sur Facebook : MIZANIA MAROC (79 amis)
Derniers sujets
Juillet 2022
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
CalendrierCalendrier
Le Deal du moment : -38%
Ventilateur de table Rowenta VU2310F0
Voir le deal
19.91 €

 

 Les imprimantes : "3D"

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin


Nombre de messages : 6565
Points : 14237
Réputation : 135
Date d'inscription : 06/05/2008

Les imprimantes : "3D"  Empty
MessageSujet: Les imprimantes : "3D"    Les imprimantes : "3D"  Icon_minitimeDim 26 Jan - 16:48

D’un côté, il y a la baisse des ventes des imprimantes classiques et de l’autre l’arrivée d’une nouvelle génération.
 
Les imprimantes 3D sont des imprimantes qui fabriquent des objets en trois dimensions par addition couche par couche de matière. 
 
D'abord réservées à l'industrie, ces machines commencent à être connues du grand public, soit par l'intermédiaire de sites Web qui fabriquent à la demande toutes sortes de produits (figurines, jouets, bijoux, pièces de rechange...), soit par les hackerspaces et "fablabs" ("laboratoires de fabrication"), des lieux de rencontre entre bricoleurs, inventeurs ou simples passionnés.

L’arrivée de la 3D pour l’industrie est comparable à l’arrivée du numérique pour les médias et la production musicale.


Avec la 3D on se retrouve dans une nouvelle notion : prosommateur (contraction de producteurs et consommateurs), car il n’y aura plus de frontières entre le producteur et le consommateur.


Pourquoi acheter tel produit sur supermarché alors que je peux le produire chez moi ou dans une fabrique communautaire du coin ? 


Les entreprises préparent les répliques juridiques axées autour de la défense de la propriété intellectuelle mais les consommateurs aussi s’organisent. 


Signe de la vivacité de ce nouveau marché : 


- Auchan propose des impressions 3D dans son hypermarché d'Aéroville. Les clients peuvent imprimer ds objets à partir d'un catalogue ou leurs propres fichiers. les produits sont facturés au poids : de 4.99 euros au dessous de 78 g à plus de 30 euros au delà de 464 g. Comptez une heure et quart pour une théière miniature. 


- La poste est entrain d’expérimenter dans des bureaux de poste. Les clients peuvent venir un projet personnel. Les imprimantes de la poste peuvent créer des objets jusqu’à 12 cm de diamètre avec le technique du fil tendu. Pour d'autres techniques comme la résine ou la poudre de céramique et pour les objets volumineux c'est un partenaire de la poste SCULPTEO qui s'en charge. 


- Et même dans les avions : le groupe britannique BAE Systems a annoncé en ce début de 2014 avoir fait voler un avion de combat, dont certaines pièces sont sorties d'une imprimante 3D.


Un couvercle de protection pour la radio du cockpit et des pièces dans le système d'arrivée d'air et dans le train d'atterrissage, ont été créés par un imprimante 3D. D'après BAE Systems, le vol est un "succès".


- Prothèses et implants 3D : C'est l'oeuvre d'un Américain qui fournit les civils amputés de prothèses confectionnées grâce à une imprimante 3D pour un coût imbattable de 70 euros.
 
- Des vêtements  : Il s'agit d'une version manuelle des imprimantes, un aérosol qui pulvérise sur la peau d'un film de fibres textiles malléables qui se solidifient en quelques minutes. Il peut être utilisé pour fabriquer des bandages, des pansements ou des essuie tout. (voir http://www.fabricanltd.com/ )

- Des maisons !!!! : Une société chinoise vient de développer une imprimante 3D qui permet de construire des maisons économiques et écologiques en moins de 24h. Une révolution dans ce pays confronté à la crise du logement.

 
Point environnement :
 
Une équipe de l'Institut de technologie de l'Illinois à Chicago vient, de mesurer les microscopiques poussières émises par ces machines dans les pièces où elles sont installées. Les imprimantes 3D utilisent en effet des thermoplastiques qui sont fondus, déposés couche par couche, puis resolidifiés ; un processus émetteur de minuscules particules dites "ultrafines".
 
Plus précisément, les chercheurs, comme ils l'exposent dans la revue Atmospheric Environment à paraître en novembre 2013, ont mesuré des émissions de particules entre 11,5 et 115 nanomètres de dimension, à des débits entre 20 et 200 milliards par minute, selon le type de matériau utilisé. 
 
5 imprimantes, de marque tenue secrète pour ne pas "incriminer un fabricant en particulier", ont servi pendant deux heures et demie. Un détecteur de particules fines de l'entreprise américaine TSI a été utilisé dans le local abritant les imprimantes.
 
"Ces chiffres sont comparables à ceux d'activités banales comme la cuisson, la consumation de bougies, la consommation de cigarettes ou l'impression laser", résume Brent Stephens, le responsable de l'étude. "La taille et le nombre de particules ne font pas tout. La nature chimique est prédominante", ajoute le chercheur, qui cite néanmoins des risques recensés liés aux thermoplastiques, observés sur des rats ou des souris.
 
"L'expérience est intéressante car, il y a quelques années, mesurer ces émissions dans des environnements professionnels était impossible. Les valeurs obtenues sont relativement élevées. Les particules fines peuvent se déposer dans les voies respiratoires et il convient d'être prudent", note Olivier Witschger, spécialiste de la métrologie des aérosols à l'Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS).
 
C'est aussi la position du groupe américain qui écrit : "Ces résultats suggèrent la prudence lorsque ces technologies sont utilisées dans des environnements non ventilés ou non filtrés." A l'appui de cette conclusion, Brent Stephens rappelle que, récemment, des études ont fait état de craintes sur les imprimantes à laser. Une équipe américaine de l'université de Massachusetts-Lowell a ainsi montré que certaines nanoparticules utilisées dans ces copieurs causent des inflammations (M. Khatri et al., Nanotoxicology, août).
 
Les travaux à suivre ne manquent pas. "Au départ, c'est un de nos étudiants qui travaillait dans un magasin utilisant ces machines qui nous avait alertés à cause des odeurs qu'il sentait. Nous n'avons finalement pas étudié les gaz émis mais les particules", se souvient Brent Stephens. "On voudrait étudier maintenant les gaz émis. Et comparer nos résultats avec d'autres imprimantes 3D et d'autres matériaux. Nous cherchons aussi des partenaires en toxicologie pour tester les effets de ces particules. Et nous travaillons aussi à développer des systèmes de filtration à installer sur les machines", poursuit le chercheur. Le versant sombre des imprimantes 3D est donc aussi dans l'air du temps.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mizania.com
 
Les imprimantes : "3D"
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MIZANIA :: France :: Forum France :: High Tech.fr-
Sauter vers: