MIZANIA
MIZANIA
MIZANIA
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

MIZANIA

Forum du Consom'acteurs et du contribuable Franco-marocain
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Pour le mois de Janvier 2012 : 33 442 Visites (1079/jour) et 50 994 Pages vues (1645 pages / jour)
Le forum dispose d’un compte sur Facebook : MIZANIA MAROC (79 amis)
Derniers sujets
Sujets similaires
Juillet 2022
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
CalendrierCalendrier
-41%
Le deal à ne pas rater :
🚿 Lot de 12 gels douche DOP « Douceurs d’enfance » à ...
15.99 € 27.10 €
Voir le deal

 

 Va-t-on manquer de chocolat « de qualité »?

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin


Nombre de messages : 6565
Points : 14237
Réputation : 135
Date d'inscription : 06/05/2008

Va-t-on manquer de chocolat « de qualité »? Empty
MessageSujet: Va-t-on manquer de chocolat « de qualité »?   Va-t-on manquer de chocolat « de qualité »? Icon_minitimeVen 14 Oct - 15:40

Plante d'ombre à feuilles persistantes, le cacaoyer aime les sols profonds, riches en humus, que lui offre la forêt tropicale. C'est un arbre de 4 m à 5 m de hauteur de la famille des stéruliacées qui produit des baies ovoïdes, les cabosses, dont les graines violacées fournissent le cacao.

Aujourd'hui, 95 % de la culture des cacaoyers est assurée par une agriculture familiale paysanne vivant sur des plantations de un à 3 hectares, rarement plus, en Afrique, en Amérique du Sud et en Asie.

Il existe 3 variétés de cacaoyers :
- Le criollo qui produit un cacao fin et délicat ;
- Le forastero - c'est le gros de la troupe (90 % de la production mondiale) et le plus rustique –- Le trinitario un hybride des deux précédents, dont les fèves, les plus aromatiques, sont très prisées.

Le forastero nacional, produit en Equateur, est un des plus recherchés. Au cours du XXe siècle, la production de cacao, soumise à une demande croissante, a été multipliée par 25. Or, le succès du chocolat, paradoxalement, pourrait aussi bien conduire à sa perte.

En Equateur où les grandes plantations de cacaoyers datent souvent de l'après-guerre, les arbres sont vieillissants et leur production en déclin. Les arracher, comme les vieux cépages dans un vignoble, c'est accepter d'attendre 7 ou 8 ans que la nouvelle plantation soit en état de produire les cabosses et leurs précieuses pépites.

Dans les années 1970, un chercheur en arboriculture avait obtenu un hybride de cacaoyer particulièrement précoce, résistant et productif, baptisé CCN 51 ou Don Homero, du nom de son inventeur, Homère U. Castro.

Après le bouleversement climatique d'El Nino en 1995-1996, qui a détruit une grande partie des cacaoyers du Pérou et de l'Equateur, cet hybride a été planté, dès 1997, et a donné des résultats spectaculaires. Non seulement il est productif après deux années seulement, mais la quantité de cabosses est environ 4 fois supérieure à celles produites par l'ancienne variété.

Déjà 35 % des anciennes plantations ont été remplacées en Equateur. L'Indonésie aussi s'emploie activement à utiliser cet hybride miracle.

"Le problème, dit Pierre Marcolini, chocolatier à Bruxelles, est que cette nouvelle race aux cabosses séduisantes ne possède aucun des arômes qui font un grand cru de chocolat." Le risque développé dans un dossier de YAM-Le magazine des chefs (nº 5-octobre 2011) est de voir les industriels privilégier la quantité de cacao à la qualité des fèves, et s'accentuer le clivage entre une production de masse médiocre et une production de niche de qualité déjà constaté après la directive de 2003.

Là n'est pas la seule conséquence de la prolifération du CCN 51. Ce nouveau cacaoyer est très résistant, il n'a cure de la pénombre procurée par les arbres centenaires de la forêt tropicale. Il pousse en plein soleil. On procède donc pour le replanter à une déforestation massive. Et déjà, de nouvelles maladies apparaissent qui appellent des traitements chimiques que les cacaoyers ignoraient jusque-là.

Pierre Marcolini estime être à l'abri du prévisible abaissement de la qualité des fèves, car il est avec Pralus, Bonnat, Valrhona en France, l'un des rares à sélectionner les fèves sur place, mais la production de masse risque fort d'en faire les frais.

Le controle du cacao se fait sur les points suivants :
- Degré de fermentation
- Taux d'humidité
- Absence de parasite
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mizania.com
Admin
Admin
Admin


Nombre de messages : 6565
Points : 14237
Réputation : 135
Date d'inscription : 06/05/2008

Va-t-on manquer de chocolat « de qualité »? Empty
MessageSujet: Re: Va-t-on manquer de chocolat « de qualité »?   Va-t-on manquer de chocolat « de qualité »? Icon_minitimeDim 8 Avr - 12:05

La production de cacao fortement perturbée par la réorganisation de la filière en Côte d'Ivoire, premier producteur mondial, et un manque d'investissement de la part des autres grands pays exportateurs - Ghana, Indonésie, Nigeria et Cameroun -, les plants de cacaoyer n'ayant pas été renouvelés dans les dernières années.

Le caoutchouc et l'huile de palme seraient plus attractifs pour les cultivateurs. Et l'harmattan, un vent chaud soufflant du Sahara, aurait affecté la croissance des plants et la qualité des fèves en Côte d'Ivoire, selon des spécialistes.

une bonne nouvelle pour le croqueur de tablette : grâce à un nouveau système d'enchères, qui devrait être rapidement opérationnel en Côte d'Ivoire, les chocolatiers pourront reconstituer leurs stocks et pallier les variations spéculatives des cours.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mizania.com
 
Va-t-on manquer de chocolat « de qualité »?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le chocolat
» GSM : qualité de service des différents opérateurs
» Lydec : quelle qualité d'eau à Casablanca ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MIZANIA :: France :: Forum France :: Alimentation.fr-
Sauter vers: