MIZANIA
MIZANIA
MIZANIA
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

MIZANIA

Forum du Consom'acteurs et du contribuable Franco-marocain
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Pour le mois de Janvier 2012 : 33 442 Visites (1079/jour) et 50 994 Pages vues (1645 pages / jour)
Le forum dispose d’un compte sur Facebook : MIZANIA MAROC (79 amis)
Derniers sujets
Sujets similaires
Juillet 2022
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
CalendrierCalendrier
Le Deal du moment :
Promos Nike : Jusqu’à -50% de ...
Voir le deal

 

 Qui a augmenté le prix du lait au Maroc ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin


Nombre de messages : 6565
Points : 14237
Réputation : 135
Date d'inscription : 06/05/2008

Qui a augmenté le prix du lait au Maroc ? Empty
MessageSujet: Qui a augmenté le prix du lait au Maroc ?   Qui a augmenté le prix du lait au Maroc ? Icon_minitimeJeu 7 Nov - 13:15

L’opposition dit que c’est le gouvernement
 
Le gouvernement dit qu’il n’y ait pour rien et que c’est  les industriels. Il a promis une enquête afin de vérifier les circonstances de cette hausse des prix.
 
Les industriels disent que  c’est  l’augmentation des prix des matières premières qui rentrent dans l’alimentation animale et du coût de l’énergie (transport), et de l’emballage.
Quelques éléments pour comprendre :
 
L’affirmation de l’opposition est fausse. Le lait n’est pas un produit réglementé et les entreprises sont libres de fixer le prix. C’est comme quand les prix des fruits et légumes augmentent : ce n’est pas le gouvernement mais les différents intervenants de la filière.
 
Une bizarrerie comme même, le lait est vendu au même prix par tout le monde ??? et quand la  Laitière a initié cette hausse, tous ses concurrents l’ont immédiatement suivi avec le même montant de hausse ?????
 
Il est impensable pour un produit aussi sensible que le lait, que le gouvernement n’ait pas été informé à l’avance.
 
Le gouvernement doit mener cette enquête pour savoir qui a récupéré les 20 centimes d’augmentation : est ce que c’est venu compensé les coûts de transport en hausse, est ce que les éleveurs sont payés plus cher , est ce …. Voici un exemple d’une étude qui a été faite en France suite à des fluctuations des prix : [url=t489-le-prix-du-lait-chute-en-europe]https://mizania.forumdediscussions.com/t489-le-prix-du-lait-chute-en-europe[/url]
 
On voit tout de suite combien touche chacun de l’éleveur jusqu’au votre épicier préféré en bas de chez vous.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mizania.com
Admin
Admin
Admin


Nombre de messages : 6565
Points : 14237
Réputation : 135
Date d'inscription : 06/05/2008

Qui a augmenté le prix du lait au Maroc ? Empty
MessageSujet: Re: Qui a augmenté le prix du lait au Maroc ?   Qui a augmenté le prix du lait au Maroc ? Icon_minitimeMer 20 Nov - 15:34

Pas de jaloux pour les augmentations :


Le prix de certains lait en poudre pour bébés a aussi augmenté.

Dans un communiqué, le département des Affaires générales précise que les prix pour ces produits ne sont plus réglementés depuis le 13 juillet 2010.                                        -
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mizania.com
Admin
Admin
Admin


Nombre de messages : 6565
Points : 14237
Réputation : 135
Date d'inscription : 06/05/2008

Qui a augmenté le prix du lait au Maroc ? Empty
MessageSujet: Re: Qui a augmenté le prix du lait au Maroc ?   Qui a augmenté le prix du lait au Maroc ? Icon_minitimeJeu 26 Déc - 14:14

Le Conseil de la concurrence a statué le 10 octobre 2013 en émettant un avis de 57 pages, annexes inclues.

Ces observations :

- Le timing de la hausse des prix à la consommation qui «ne correspond pas à celle des prix des aliments pour le bétail qui ont connu une relative baisse en 2013». Argument qui a largement servi aux opérateurs pour justifier leur décision. Le Conseil de la concurrence n’y voit pas en tout cas la principale cause.

- La hausse des cours mondiaux de la poudre de lait entre en effet en prise de compte. Sans établir de lien direct, il est constaté que la hausse des prix du lait pasteurisé «a coïncidé avec la hausse du prix à l’importation du lait en poudre et qui rentre exclusivement dans la fabrication des produits laitiers frais (yaourt, fromage…)».  L’hypothèse formulée par le Conseil de la concurrence est que la répercussion de la flambée des cours du lait en poudre s’est faite sur le lait pasteurisé au lieu des produits laitiers dérivés. L’instance n’ira pas loin vu qu’elle juge n’avoir pas assez d’éléments probants. Elle dénombre toutefois «un dysfonctionnement au sein de la filière laitière» qui a tout de même signé un contrat-programme (2009-2014) avec le gouvernement.

Certes le marché du lait est libéralisé depuis 1992. Toutefois le régulateur fait état de  «l’existence d’éventuelles pratiques anticoncurrentielles». L’instance se base sur «la relative dépendance» des éleveurs vis-à-vis de certains transformateurs de lait. Ces derniers leur fournissent en effet «des aides financières et avances en nature». Situation qui constitue, selon l’avis 42/13, «une barrière à la concurrence en amont». 

Sachant que sur environ 400.000 éleveurs recensés, plus de la moitié sont indépendants ou saisonniers et que la Fédération nationale des éleveurs producteurs laitiers (FENEPROL) «dispose encore d’une faible représentativité de l’amont agricole». Par ailleurs, l’existence de 82 transformateurs de lait n’empêche pas «la dominance de Centrale Laitière qui détient un pouvoir de marché relativement important au niveau de la collecte du lait».

Le diagnostic révèle aussi une forte concentration en aval puisque 4 opérateurs (Centrale Laitière, Copag, Safilait et Colainord) détiennent 84% du marché du lait pasteurisé et 100% dans celui du lait UHT. L’opérateur historique, Centrale Laitière, «détient le pouvoir de déterminer les prix à la consommation réduisant de ce fait toute marge de concurrence par les prix». Du coup, ses concurrents «n’ont aucun intérêt à ne pas s’aligner» sur la politique tarifaire de l’opérateur dominant.

Hausse des prix

Centrale Laitière «n’a pas nécessairement besoin de recourir à une entente sur les prix» pour s’assurer que les autres suivront. D’où la conclusion selon laquelle il y a «absence de concurrence par les prix au profit du consommateur».

Le Conseil de la concurrence relève également «l’existence d’indices favorables à une entente». Entre autres arguments, Copag et Safilait se sont «rapidement alignés à l’identique» sur la politique tarifaire de l’opérateur dominant.

L’avis revient ensuite sur la réunion, tenue le 29 mai 2013 à Casablanca, par certains opérateurs membres de la Fédération interprofessionnelle du lait, réunissant éleveurs et transformateurs (Fimalait). Le rapport rapporte une déclaration du PDG de la Centrale Laitière, Jacques Ponty, qui «met l’accent sur le caractère illicite de toute discussion pouvant porter sur les prix». Par rapport à cette réunion, le Conseil de la concurrence estime «qu’une entente formelle ne serait pas nécessaire pour décider unilatéralement d’une augmentation des prix». Autrement dit, il suffit qu’il y ait hausse des prix pour que les opérateurs s’alignent.

Tout au long de son avis, le Conseil relève «des éléments qui pourraient constituer des indices de  pratiques anticoncurrentielles».

Exemple: certains concurrents de Centrale Laitière notamment Extralait et Safilait, se plaignent de pratiques discriminatoires en matière de distribution dans la mesure où «Marjane ne leur accorde pas l’accès à ses rayons et ce sur l’ensemble du territoire». La vente de leurs produits est donc «limitée aux magasins où ils sont implantés».

Colainord notamment n’a donc le droit de distribuer ses produits qu’à Tétouan, Tanger et El Hoceima. Sans parler des réfrigérateurs installés chez les épiceries avec obligation de n’y exposer que les produits de la Centrale Laitière, Copag et Colainord. Le Conseil de la concurrence estime qu’une telle pratique pourrait entraîner le risque d’exclure bon nombre de petites entreprises des points de vente.
Néanmoins, le rapport considère que les indices «ne sauraient être considérés comme des preuves irréfutables d’un abus de position dominante ou d’une entente sur les prix». Arguant par là que l’instance ne dispose pas d’un pouvoir d’enquête.

Historique

Le feuilleton démarre le 15 août 2013 avec la hausse du prix du lait. Centrale Laitière ouvre la voie et les autres opérateurs font de même entre le 16 et le 20 août 2013.

La décision d’augmenter notamment de 0,20 DH le demi-litre de lait pasteurisé -produit le plus consommé- et de 0,30 DH le litre agite alors l’opinion publique.

Alerté, le gouvernement convoque les transformateurs de lait pour s’expliquer sur les causes de cette hausse subite des prix et qui n’a pas épargné non plus le lait UHT: 0,50 DH sur le litre de lait entier, demi-écrémé ou écrémé .

Le ministère de l’Agriculture entérine la hausse des prix en contrepartie «exige la rétrocession de 60% de la hausse au profit des éleveurs» . Tandis que le ministère délégué aux Affaires générales et de la gouvernance saisit, le 4 septembre 2013, le Conseil de la concurrence «pour mener une étude sur la filière laitière en vue de déterminer le degré de conformité à la loi 06-99 relative à la liberté des prix et de la concurrence».

Extraits de : http://www.leconomiste.com/article/912810-hausse-des-prix-du-lait-le-conseil-de-la-concurrence-se-prononce
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mizania.com
Contenu sponsorisé





Qui a augmenté le prix du lait au Maroc ? Empty
MessageSujet: Re: Qui a augmenté le prix du lait au Maroc ?   Qui a augmenté le prix du lait au Maroc ? Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Qui a augmenté le prix du lait au Maroc ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
»  Le prix du timbre augmente au Maroc au 1er janvier
» Contrôle des prix de transfert au Maroc
» Forte hausse des prix des légumes au Maroc en 2009

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MIZANIA :: Maroc :: Forum Maroc :: Economie et entreprises.ma-
Sauter vers: